dimanche 11 décembre 2011

Marché de Noël, jour 2

Se lever aux aurores pour le premier jour de marché de Noël, c'est presque facile : il y a l'excitation de l'installation du stand, la perspective des rencontres et ventes éventuelles, la découverte des voisins, tout ça...

Mais le deuxième jour, quand tu sais qu'il va cailler, qu'il risque de ne pas y avoir grand monde, et que de toute façon tu es encore fatiguée par la première journée, c'est plus dur.

Ainsi allé-je donc en ce second matin.
Motivée quand-même malgré tout. Je crois que j'aime bien jouer à la marchande.
Enfin plutôt quand les gens achètent en fait...




De notre emplacement dans l'angle, on avait une vue imprenable sur le stand d'en face (sans blague), où la gentille grand-mère nous a clairement assez agacée parce que franchement, c'est pas correct d'avoir du passage et des ventes quand chez nous y'a que pouic.

Pouic ? Pouic.
Comme sur l'autre stand, là-bas dans la travée perpendiculaire, qui vend du made in china même pas artisanal, et qui pouique.
Si, si, il a pouiqué deux jours d'affilée, son stand, je peux vous le dire ! Et quand il ne pouiquait pas, le monsieur nous attaquait à coups de mini hélicos à trois étages d'hélices, qui allaient s'écrabouiller sur les écharpes de la dame en face (celle qui vend plein de trucs alors que pas nous).

En face du stand qui pouique, il y avait un producteur de vin de Savoie. C'est local, mais c'était pas bio, alors les gens ils lui demandaient pourquoi, et je peux vous le dire : il a des arguments, même si mon frigo à moi, il est plutôt plein de bio, mais je lui ai pas dit, il était gentil ce monsieur.

À notre droite par contre, il y avait un stand super sympa, avec des jouuuuuuuuuuulis puzzles en bois (mais j'ai enguirlandé la madame, parce que son amie n'a toujours pas de site internet alors je linke quoi, moi, dans mon message du jour ?), et des savons artisanaux tout à fait appétissants (elle au moins elle a un site, oh !).






Les gens qui arpentent le marché de Noël regardent à droite.
Donc quand ils arrivent de la gauche, ils regardent mes poupées, et les créations de ma copine (toujours la même), mais quand ils arrivent de la droite, ils achètent les trucs de la dame en face.

Les gens aussi, des fois ils réagissent bizarrement... J'avais un peu peur que tout le monde veuille toucher les poupées (c'est tentant il faut le reconnaître), alors on a mis un petit mot pour demander de ne pas le faire. Et en règle générale ça a été bien respecté.
Sauf par Madame Pincée et ses filles.
Qui touchaient donc à qui mieux mieux.
Et moi, qu'est-ce que j'ai fait, ben je leur ai demandé d'arrêter, avec toute la gentillesse dont je suis cap', faut pas croire. Mais Madame Pincée, elle m'a regardée, et elle m'a dit "ben c'est prévu pour ça les poupées, non ? Et puisque c'est comme ça on s'en va".
Et s'en furent. Et ma foi, j'étais bien soulagée.



N'empêche ce soir, j'avais envie d'une chose, une seule : me trouver sous ma couette, avec ma bouillotte (voui, je suis un peu mémé) et dor-mir.
J'ai la couette, j'ai la bouillotte... Bon, ben bonne nuit, les gens !



PS et pour la photo du stand, il faut que vous alliez harceler L'atelier à Malices sur son blog, c'est dans son téléphone portable, parce que j'avais oublié mon appareil...

Aucun commentaire: