dimanche 25 décembre 2011

Legoland

Je suis une vieille inconditionnelle des legos©. Un genre de plaisir régressif que je savoure avec les enfants que j'ai, et qui me demandent encore de leur construire le camion de pompiers ou la navette spatiale, dont nous sommes les heureux propriétaires, mais qu'on a fini par déconstruire.


Le souci, c'est que mon Tiboy est aussi inconditionnel que moi, et que quand tu as un gosse de cinq ans qui peut te dire que "neuf plus neuf, ça devrait faire vingt mais c'est deux fois trop donc c'est dix-huit", ou encore que "pour faire onze, il faut huit et trois, et aussi neuf et deux, sept et quatre, six et cinq, quatre et sept...", ben tu es vite évincée du montage : il se débrouillera très bien sans toi, merci.



Même avec les Ninjago©.

Et pourtant pour avoir joué les assistantes (laisser mon fils seul avec une boîte de legos, faut pas me demander la lune non plus), je peux vous dire que le lego a perdu en simplicité ce que l'informatique lui a apporté. Si c'était des gens avec des doigts qui concevaient les univers et les montages, on aurait peut-être des sachets remplis de pièces normales. Du genre que tu peux attraper avec tes gros doigts de vieille ou tes petits doigts maladroits de cinq ans (parce que c'est peut-être un futur polytechnicien, mon fils, mais il a une motricité de son âge tout de même).


Là pour tout dire, devant le contenu des sachets du temple Ninjago et la notice de montage en 50 pages, mini pièce par mini pièce (une page par pièce, parce que s'ils t'en donnent plus d'une à monter à la fois, tu n'y vois plus rien sur la notice), je me suis dit qu'il serait judicieux que l'équipe technique lego commence à se poser quelques questions sur l'accessibilité de leurs jouets au commun des mortels.


Parce que le lego, moi, je le conçois comme un gros tas de briques à inventer, et d'ailleurs je suis super-équipée d'un chouette sac à legos. sauf que si le tapis est rempli d'un milliard de minuscules pièces en plastique, je sens la liberté créative légèrement limitée par définition...









M'en fous, mon p'tit frère m'a quand-même offert des legos à moi aussi, héhéhé.
Je m'amuse comme une folle.

4 commentaires:

josse21 a dit…

Pourquoi faire simple...
les Lego...à part les emboîter pour faire une tour...c'est comme le rubicube,la grand'mère que je suis n'est pas très habile .
Amusez-vous bien et bonne fin d'année.

O. dans la lune a dit…

Ah non, c'est pas pareil du tout ! Le rubicks cube je n'essaye même pas, l'idée même de chercher me donne des boutons. Les legos au moins on arrive forcément à quelque chose !

motherblogger a dit…

Bon, impossible de te répondre directement, le lien doit être cassé...tant pis, je laisse une petite race de mon passage ici, c'est bien aussi !
Je te disais que oui, il est tout petit mon fauteuil !
Et je cherche désespérément un grand qui soit pas hors de prix...
Veinarde !

O. dans la lune a dit…

@Motherblogger : bizarre pour le lien. Mon grand fauteuil, il me vient de ma maman, mais ça doit se chiner. Tu vas bien finir par trouver ! ^^