dimanche 5 décembre 2010

Le boulot des mimines

Ça faisait longtemps que je ne vous avais pas montré ce que mes petites mains peuvent faire de beau quand leur propriétaire arrive à libérer cinq minutes (bon, une heure...) dans son emploi du temps surchargé. Et en fait, mon travail de ces dernières semaines étant particulièrement en lien avec le manque désespérant de publication régulière sur ce blog, vous méritez que je vous montre (si, si, vous méritez !).


D'abord, une chouette chemisette pour un non moins chouette petit gars qui la mettra peut-être un jour, mais vu la taille, pas tout de suite, c'est une évidence.



Modèle Ottobre 3/2010 - "Apple"


Ensuite un "petit" quelque chose qui me vaut de ressembler ces derniers jours à Cendrillon, je vous explique pourquoi juste après. 
Histoire qu'avant de vous marrer, vous vous exclamiez un peu, un bureau pour ma (grande)(trop) fille :




 Et en place dans sa piaule, je peux vous dire qu'elle se la pète !



Si vous voulez tout savoir, donc, ce bureau c'était le mien quand j'étais petite. En vrai, avant la peinture, il ressemblait à ça :

(avec les tiroirs). 

Ma mère elle m'a dit : oh là là, tu vas te prendre la tête à vouloir le repeindre. Moi je me suis dit que ben peut-être, mais il se trouve que ça me fait plaisir de me prendre la tête pour ma fille, tu vois ? 

Tout de même quand mon adorable frangin et sa non moins adorable chérie m'ont dit : on va te prêter le pistolet à peinture, tu vas voir, ça fait un boulot nickel en un rien de temps, j'ai sauté sur l'occasion. Chic : un nouveau jouet à essayer, chic je vais faire un super boulot en un rien de temps, hin hin hin.





On n'était pas faits pour s'entendre, le pistolet et moi.


Du tout.


Entre la peinture qui sortait en pointillés, par paquets dégoulinants avec du rien sur dix centimètres entre deux (t'as pas assez dilué qu'il a dit, mon adorable frangin), et le truc qui refusait de sortir la moindre goutte de peinture, même bien diluée, même après un nettoyage en règle de l'engin, surtout quand j'osais l'incliner (or je sais pas si vous avez remarqué, mais mon joli bureau de petite fille, il est bourré de petits casiers, de petits coins, tout ça...). Bref. J'ai fini par le regarder dans le blanc du pchit et lui exprimer vertement ma façon de penser avant de le passer à la douche et de le reléguer à sa place juste, à savoir le fond de son emballage. À racheter un pinceau. À tout terminer a mano, parce qu'il n'y a que ça de vrai.



Et maintenant que le joli bureau tout repeint trône dans la chambre de sa toute nouvelle propriétaire fière comme un pou, Cendrillon passe ses soirées à quatre pattes dans son atelier à nettoyer les milliards de gouttelettes que ce con de pistolet à déversées absolument partout dans la pièce.




Sinon quand-même pendant que j'y étais à jouer du pinceau j'ai aussi peint ma petite desserte qui était en "sous-couche" depuis bien dix ans. Je suis très contente :





Voilà voilà ça c'est fait, et dès que le sol de l'atelier arrêtera de coller sous les chaussons, je me remettrai à la couture sérieusement : y'a un petite robe mignonne et un protège carnet de santé qui m'appellent à grands cris désespérés...

4 commentaires:

Vivinoze a dit…

Vu la taille (en largeur) du ptit gars, possible qu'il mette la chemise plus tôt que prévu ;)

Chouette bureau... quand on aime le rose! :D

lili a dit…

j'adore la chemise et encore plus le bureau!!!
bisous

By O. a dit…

@Vivinoze : bah c'est pas siiiii rose que ça en vrai (bon, on ne peut pas dire que ça soit vert non plus, certes ^^). Attends que ta fille t'en réclame un du genre, huhu !

@Lili : je t'oublie pas, hein. Juste je suis complètement débordée en ce moment, et j'essaye de mettre à jour mes projets couture (Noël étant dans le mouve) avant de me lancer dans un truc qui implique en plus un déplacement sur Gre ;-) Et merci pour tes compliments !

lili a dit…

je commencais a m'inquieter
je suis contente de voir que tout va bien
et en fait vraiment j'adore le bureau
:)
bisous