mercredi 4 août 2010

C'est pas que je veux pas

C'est le monde qui me met des bâtons dans les roues.


Genre Ptibouchon qui met une heure à s'endormir le soir, alors que bon, clairement il comprend ce que je lui dis, vu son comportement dans la journée, et vu qu'il me répond tout à fait clairement "oui" quand je lui demande s'il a bien compris que "maintenant c'est l'heure du DODO".


Mais non.


Faudrait genre que je passe une demi-heure non-stop assise au pied de son lit avant d'oser sortir de la piaule des mômes sur la pointe des petons voire carrément à quatre pattes comme je le fais déjà. Juste je sors trop tôt, mais j'ai pas envie, voyez de passer mon maigre temps de liberté assise au pied du lit de mon fiston râleur. Pas.






Bon, pis y'a pas que lui non plus. Y'a les deux autres, Biggirl qui apprend à nager, Tiboy qui stresse à l'idée de rencontrer un maître nageur (c'est-à-dire par définition un mec qui a la prétention de lui faire mettre le lobe de l'oreille dans l'eau, non mais où va-t-on je vous le demande ?).





Y'a mon Amoureux et sa simplicité légendaire en matière de choix qui ne nous aide pas du tout à l'heure de chercher une maison à acheter. Du tout. Tiens, je vais vous en parler bientôt, je sens que mon esprit torturé se sentira beaucoup mieux après avoir exprimé gentiment son opinion sur la psychorigidité de certains... (non mais partis comme on est, jamais on trouve, là...).




Y'a mon ordi en réparation (oui, si vous suivez ce blog avec toute l'attention que je vous devine, vous vous souviendrez que ce n'est pas la première fois. Je crois que ma relation avec les ordinateurs mériterait à elle seule une sorte de pamphlet expressif expiatoire...), avec les photos des derniers travaux d'Hercule, enfin de Gertrude, enfin de sa remplaçante ici dedans, ainsi d'ailleurs que le logiciel pour vous mettre des trucs montrables ici.





Y'a mes beaux-parents qui débarquent après-demain, que si j'étais pas aussi stressée à l'idée de partager leur espace vital pour 4 jours pleins + les jours pas pleins, limite je bondirais de joie à l'idée de tous les méchants messages qu'ils vont me permettre de poster ici, hin hin hin.





Tout ça pour dire que c'est pas que je veux pas, c'est ma vie qui me laisse plus le temps, là...
J'reviens bientôt, promis !

1 commentaire:

JOe a dit…

Ben écouté, il faut voir le bon côté des choses: tu n'as pas le temps de t'ennuyer! Bon courage et bizzzzzz