mercredi 7 juillet 2010

Que personne ne se marre

Je me suis lancée dans le jardinage.


Oui, moi.

Celle-là même qui n'aura vu survivre entre ses doigts gourds qu'un ficus rachitique et un hibiscus qui se mure dans une non-floraison protestatrice équivoque.



La perspective de me retrouver bientôt (je reste optimiste, quoi !) propriétaire d'une maison avec un jardin à entretenir, me donnerait presque des ailes, et je tourne le dos à ma chtoumoune agricole pour envisager (plus rien ne m'arrête !) un potager et des fleurs.




La vérité.






Donc voilà, je me suis entraînée ce matin avec les zouzous, on a planté une rangée de graines pour des tomates cerises (celles-là même qui n'iront nulle part étant donné que leur saison de plantation est passée depuis longtemps), une rangée de radis (dans lesquels je fonde un espoir peut-être un peu insensé, mais quoi ! l'idée c'est de démontrer aux nains de jardin bavards qui me servent de gosses que -normalement- toute graine plantée et arrosée donne une plante), deux rangées de salades (qui seront très certainement boulotées par des limaces diverses avant même leur première poussée d'acnée, je suis résignée, mais elle sont mignonnes, elles sont déjà en petites feuilles, on les a juste replantées), et une rangée de fleurs près de la bordure (ça faisait joli).




Le mini potager est mignon.





Les paris sont ouverts quant à savoir s'il donnera quoi que ce soit de comestible cette année (à part peut-être les fleurs en salade ?).









Et pour ceusses qui se demanderaient (on ne sait jamais) : le plan "tu finis ta nuit dans ton lit" n'a pas trop mal marché la nuit dernière avec Ptibouchon. Le plan "tu t'endors avec le sourire" reste nettement à approfondir, mais on a gagné un nouveau quart d'heure dans l'heure de l'endormissement (22 h...).

Aucun commentaire: