vendredi 9 juillet 2010

Deuzenun



Le titre, c'est histoire de dire que vous ne passiez pas à côté du deuxième message du jour (ou du premier tout dépend de l'ordre dans lequel vous abordez ce blog) qui se trouve juste dessous. Si. Deux aujourd'hui. Je vous gâte.



Et pour vous montrer donc ma nouvelle salopette Ottobre, toujours le même modèle, je ne m'en lasse pas !




Y'a pas les boutons, c'est tout exprès pour que ma cousine les couse elle-même à la bonne hauteur sur les bretelles. Je les ai mis dans un petite pochette plastique avec une jolie étiquette que j'ai évidemment oublié de prendre en photo (mais comme je n'ai plus de photoshop, c'était un genre de prototype à partir de la bannière du blog, qu'il faut que je reprenne au propre, donc je vous montrerai ça quand j'en aurai de vraiment finies).


Les attentifs auront noté la jolie étiquette sur la première photo. Je les avais commandées avant de partir, j'avais prévu de me les faire expédier avec ma machine à coudre et tout un tas de choses que j'avais soigneusement emballées et mises en malle dans cette perspective, et puis voilà, on n'a pas fait venir la malle et j'ai tout retrouvé en rentrant. Donc c'est mon premier étiquetage digne de ce nom car prévu au fil de la couture. Les précédents n'étaient que des ajouts "après coup" donc mal posés, et pas très esthétiques...


Nous noterons pour la petite histoire que ma Brother a failli se retrouver en pièces détachées direct chez le revendeur tellement elle m'a soûlée à planter les boutonnières ! Genre découdre une boutonnière automatique, voyez c'est un vrai plaisir. Tout avait l'air bloqué, j'ai apporté la machine au réparateur, qui a enlevé une bonne pelote de poussières sous la canette (javais nettoyé partout sauf là...) et a essayé les différents points qui marchaient parfaitement. Bon. Je suis rentrée plutôt satisfaite, et je me suis remise à ma boutonnière après un essai de principe sur un tissu quelconque. Ça a encore planté. Le problème viendrait donc de mon sandwich tissu-interfacing-tissu, si quelqu'un a une explication, je prends.


Et donc mes boutonnières sont moches. Elles ont été finies "à la sauvage", en accumulant les longueurs de zig-zags de largeur variable, pour viser un rendu à peu près proche de l'original (la moitié de la boutonnière est OK, l'autre n'a pas le zig-zag).



Finalement la Singer "modèle de base" elle était bien, hein !



(fin du roman inutile...)


(et donc je vous rappelle qu'il y a un autre message tout nouveau sous celui-ci !)

2 commentaires:

val - ma maman la fée a dit…

et la singer, tu l'as laissée la-bas???


pour la boutonnière avec plusieurs épaisseurs, je ne sais pas, je n'ai jamais eu ce souci

By O. a dit…

Je l'ai revendue, oui. Une très bonne affaire, soit dit en passant. Je l'ai eue en promo et revendue dans les 10 euros de moins que le prix d'achat.