samedi 29 mai 2010

Je suis pas joueuse

Et mon Amoureux il boude.

Parce que je ne saute pas de joie frémissante et impatiente à l’idée d’aller passer quatre jours sur l’île de Lifou.

Je suis bête, hein, franchement : une île du Pacifique, avec lagon bleu et plage de sable fin, mais quelle idée de faire la moue...



Bon, mais je vais vous donner le contexte, et vous sautillerez de joie impatiente à ma place, vous serez mignons.


Mon Amoureux a fait la connaissance d’un kanak qui vient de Lifou. Il y a donc sa tribu, sa famille, ses terres. Et nous a invités à aller chez eux quand ils y seront. Super gentil, d’autant qu’ils ont même proposé de nous payer le bateau pour y aller. Non, mais que demande le peuple !



Le petit détail incongru qui se faufile comme un grain de sable sous la porte, c’est que le “but” de la balade serait de “vivre kanak”, ce qui signifie pour un mâle de bonne famille, d’aller faire coup de pêche sur coup de chasse pendant que Madâme s’occupe de la marmaille et de la popote.



Il s’en défend, l’Amoureux. Il dit qu’on n’a qu’à faire chacun son tour (puisque l’activité n’est pas adaptée aux enfants) : un coup c’est lui qui coup d’pêche, un coup c’est moi... Moi, à partir de 4 h du mat (comme si je faisais des bonnes nuits avec le petit téteur...) toute seule avec un mec que je ne connais pas (c’est certainement pas notre hôte qui va m’emmener vu son état de santé, et de toute façon c’est un inconnu aussi : je ne lui ai parlé qu’une fois...), sur un bateau (aaaaaaaaaaah achevez-moi tout de suite : j’ai ho-rreur du bateau, et que mon Amoureux vienne pas me faire croire qu’il ne le sait pas, hein !).

Soit c’est un coup monté pour se débarrasser de moi, soit il veut me faire partir sans aucun regret de la Calédonie en me la faisant vivre par son côté beauf’ le plus typique, j’hésite.




Bon, et donc si je ne coup d’pêche, ni ne coup d’chasse, on fait quoi ?

Lui il y va.

Il me jure ses grands dieux qu’il n’ira qu’une fois, mais commencez pas à me regarder comme ça, vous savez aussi bien que moi qu’il va y avoir le jour du coup d’pêche et celui du coup d’chasse, pis que d’ailleurs on va bien le lui proposer tous les jours, et que s’il arrive à décliner une fois on sera bien contents. Enfin peut-être que je me gourre, moi mais voyez je me projette sur des vacances à rester seule avec les petits à un endroit que je ne connais pas, avec des gens que je ne connais pas, sans moyen de transport, sans rien pouvoir visiter (c’est déjà pas évident quand on est tous les deux à les gérer pour visiter, alors toute seule, laisse bét’).






Quoi vous sautillez pas d’impatience dans vos fauteuils ? Rha mais ça m’énerve, ça, les gens à qui on propose les îles du Pacifique avec leurs lagons turquoise et qui trouvent encore à redire. Franchement vous êtes difficiles...

2 commentaires:

val a dit…

euh, non, je sautille pas!

j'y ai passé 2 ou 3 jours sur lifou, pour un festival de musique...

ok, le festival, ok, bon, pas trop mal

dormir dans la case, ok

les crabes de cocotier dans le paillage de la case qui te réveillent en pleine nuit, ok......

la plage de sable blanc, immense, inviolée, sublime, ok, là, tu rèves!!!


mais les méduses bleues minuscules rikiki de la mort qui te tuent le bras, là, pas ok du tout du tout du tout


alors euh...... avec ton Amoureux en plus, euh.......

je crois que tu analyses et anticipes clairement la situation!

Anonyme a dit…

SALUT JE SUIS sandra qui a fai parti du swap ma poupée et moi, voila je sai pas si tu y retourne , mais j'ai lancé une idée et je voulai savoir si tu voulai participé, en fait c'est juste ne pas laissé a l'abandon le blog et de partagé nos projets, pâpotés de nos loisir et créas resté en contact et pourquoi pas refaire un swap plus tard..voila si ça te di tu peu retourné sur le blog ma poupée et moi..
biz
sandra(lesideesdemaman)