samedi 3 avril 2010

C’est la faute à quoi ?

Je sais pas. Ou je sais trop bien, ça dépend...


La faute à la coupure d’internet (ce que je peux être accro, c’est fou, ça !)...

La faute aux soucis de santé de mon Amoureux et maintenant de Ptibouchon (à qui on a fait goûter la mangue et on n’aurait pas dû, non. Il a eu plein de grosses plaques rouges, et vous savez quoi ? Ce matin il avait à nouveau des plaques tout le long de l’élastique de la couche, je crains une réaction croisée fruits exotiques / latex et j’ai les boules...).

La faute aux difficultés pour mon Amoureux de trouver du travail aussi. Quand on pense qu’en métropole il devrait refuser des remplacements, et qu’on devrait se mettre d’accord plusieurs mois à l’avance pour poser quinze jours de congé, et qu’on voit comme il doit se battre pour décrocher des remplas un mois sur deux ici, moi ça me fatigue...

La faute à mon besoin viscéral de me sentir près des gens que j’aime (y’a des tas de gens que j’aime en Nouvelle Calédonie, mais ma famille c’est quelque chose...).



Un peu de tout ça, forcément.

Aujourd’hui c’est pas que je voudrais rentrer chez moi, c’est plutôt que je voudrais être déjà de retour, voyez.




On reprendra l’avion fin juin.

We’ll be back hoooooooooooooooooooooooooome !

2 commentaires:

JOe a dit…

Heu.. Vous rentrez? Pour de bon? La Nll Calédonie aura eu raison de ton moral???? Bizzzzzzzzzzzz

By O. a dit…

Et oui. Une accumulation de petites choses, mais surtout une prise de conscience que ce n'est pas ici chez moi ;-) Je suis très contente de rentrer. Mais y'a encore plein de belles choses à vivre ici d'ici là ^