samedi 20 mars 2010

Revoilà de la couture !

Y’a eu une petite pause dans les créations, entre le déménagement et la mauvaise surprise du déballage de la machine dans la nouvelle maison. Apparemment une pièce était mal vissée depuis le début, et cette fois ça a bloqué. Il a fallu retourner sur Nouméa pour rapporter ma machine, et faire un second voyage pour la récupérer.

Moi juste avant ça, j’avais pris une grande inspiration et je m’étais plongée dans mon tout nouveau magazine Ottobre, auquel je viens tout juste de m’abonner.

J’avais choisi mon modèle pour Tiboy, choisi mes tissus, tout découpé avec application (c’est bien la première fois d’ailleurs que j’ai le sentiment que ma coupe tient la route, comme quoi on finit par progresser doucement mais sûrement), et boudé devant ma machine en panne qui me coupait l’herbe sous les pieds.


Remarquez, le petit timing gagné de cette façon m’aura permis de fignoler le mode d’emploi. Il faut savoir que les explications dans Ottobre sont en anglais. Moi je me débrouille à peu près dans la langue de Shakespeare, mais on ne peut pas dire que la couture soit mon sujet conversationnel de base, hein. Donc il a fallu comprendre ce que seam, hem, allowance, crotch, fly shield et compagnie voulaient dire, et essayer de me faire une idée du plan de montage de mon joli pantalon. À force de relectures, j’ai fini par piger à peu près l’ensemble du truc, et quand ma machine est revenue je me suis lancée.



J’ai pas pu m’arrêter. Je ne suis coincée ce soir que par le bouton qui me fait défaut et la boutonnière qui va avec (je la ferai avec le bouton sous les yeux, hein, on va pas non plus faire du zèle...).



Voilà la bête !




Première braguette, ha ha ha ! (yesssssss)





(mon Amoureux se fout toujours de moi quand je dis sans complexe que je suis fière de moi pour un truc, mais comme c’est pas lui qui me fera le compliment je ne vois pas pourquoi je m’en priverai, hein...)





(vous parlerai-je de la taille choisie (une de trop manifestement, m’enfin mieux vaut ça que l’inverse, hein), des fermetures éclair sur les poches arrière qui sont montées à l’envers (en plus j’ai réfléchi un moment...), du joli ruban que j’ai oublié de caser, des deux ou trois décousages comprenant la couture, le surfilage et la surcouture, parce que j’ai trouvé trop bête de me donner autant de mal pour un résultat décevant (au premier jet, les jointures droite et gauche au dos en haut du pantalon n’était pas alignées : dézip, rezip ; pareil pour la ceinture qui avait des faux-plis douteux et qui ne prenait pas bien le haut de la fermeture éclair sur un côté...). Tout ça pour décomplexer les débutantes : découdre et recoudre fait partie du truc, je pense que tout le monde y passe (et que j’ai pas fini de recommencer)).

1 commentaire:

JOe a dit…

Ben alors là, tu m'en bouches un coin: ce pantalon est superbe! Et pour la "découture" et "recouture" ben c'est ainsi que l'on arrive à avoir des finitions parfaites. Bizzzzzzzzzz