vendredi 15 janvier 2010

Les pieds dans le plat

Ça doit être de famille, génétique, je sais pas. Ma grand-mère est extrêmement douée pour ce genre de faux-pas. Le petit mot qu'il ne faut pas au moment où il ne faut pas, celui où une mouche passe.



La seule différence entre elle et moi, c'est que je m'en rends compte, moi. Huhuhu, j'assume. Pas. Hem.



Alors pour vous situer les choses, on est partis visiter des maisons en brousse en vue d'un déménagement au vert dès que possible. On manque de jardin pour les petits, on manque de vie de village, on manque d'esprit tranquille (avec Buzz l'éclair vivre au huitième étage a quelque chose qui vous titille l'adrénaline, voyez)...



J'ai une copine, dans le village qui m'attire comme un aimant, qui connaissait une fille qui quittait sa maison bientôt (ça va ? J'ai perdu personne en route ?). On est allés visiter.

À part le fait que la maison en soi n'est absolument pas notre genre, j'ai réussi à gaffer deux fois dans un intervalle spectaculairement court.
D'abord parce qu'on a parlé scolarisation à la maison, et qu'avec une instit c'est un sujet qui peut être acrobatique (mais pas tant, en général, les instits sont les gens les plus compréhensifs face au projet que j'expose, allez comprendre). Donc moi je prends des gants, un peu, et je crache plutôt sur les psys scolaires (non, mais il y a aussi de bons psys scolaires, hein, ne me faites pas dire ce que je n'ai pas dit. Mais il faut admettre que dans cette branche très spécifique des métiers de l'éducation nationale, on frise parfois l'incompétence chronique...). Bon, son père était psy scolaire. On sifflote, on dédramatise ("ah mais siiiiiiiiii ! Il y a aussi de bons psys scolaires, hein !"). Mouarf. On fait l'air de rien et on change de sujet.


Tiens, les chasseurs. C'est caca les chasseurs, non ? (reveneeeeeeeeez, j'ai rien diiiiiiiiit...) En ce qui me concerne, mon expérience relationnelle avec les chasseurs est du genre limitée et limitative. Et là on était à La Foa. Et c'est à Bourail que c'est "une mentalité de chasseurs, plutôt, non ?".

Son mari est chasseur.




OK, je vais arrêter de parler, on va boire le café, pis faut qu'on y aille, là, on a une maison d'ex psy scolaire à visiter dans un village de chasseurs, justement...

3 commentaires:

Juliette a dit…

Je rigole mais c'est pas forcément drôle pour tout le monde !

By O. a dit…

C'est fait pour allez ! Lâche-toi ! ;-)

JOe a dit…

MDR!!!! Je vois vraiment le tableau!!!! MDR! Bizzzzzzzzzzzz