samedi 12 décembre 2009

L'ameublement chic

C'est mon credo : chic et pas cher. Vous trouerez pas plus âpre négociant que mon Amoureux-qui-a-peur-de-dépenser-ses-sous, ni plus inventive décoratrice que moi-même, mise face au dilemme de "je veux une jolie maison mais j'ai pas un rond".



Donc je bricole, je cherche, j'invente.



Et je négocie aussi.






Genre là, ouf, on a acheté le canapé en cuir absolument pourri qu'on a visité aujourd'hui. Il est moche comme trois poux, ce truc, mais il est confortable, et je sais très bien que j'ai un magasin de tissus juste à côté de chez moi. On va le rehousser, voilà tout !





Mais il me faut une machine à coudre, mon amour, obligé, pour te faire de jolies housses.












Et tout à l'heure, pendant que mon Amoureux essayait, mesurait, reniflait sous toutes ses coutures le vélo qu'il achèterait pour les enfants, j'ai acheté sans négocier (le dites pas à mon Amoureux, il ne me le pardonnerait jamais, pourtant c'est une chouette affaire en fait) le tas de jouets qui restait à la dame des vélos. C'est la classe.
Sauf qu'il y a vraiment du barda partout dans la maison, du coup, rho là là, c'est vraiment trop dur, hein.








Donc, euh, en fait si on achetait des étagères et des casiers pour ranger tous les jouets ?
Hm ?







Voilà. La reine de la négociation, c'est moi.

2 commentaires:

JOe a dit…

Ben si je comprends bien, c'est Noël avant l'heure! Bon ben maintenant, j'attends les photos du tas de jouet et du canapé. Bizzzzzzzzzzzzzz

By O. a dit…

Mouarf. Opération canapé out. A plus le canapé. A bouhouhouh le canapé... (c'est au pied de leur immeuble qu'ils nous ont demandé le double du prix pour la location du véhicule, sauf qu'on n'en avait pas parlé du tout avant ça, alors bon...). Reste celui de samedi prochain pour lequel on vient de relancer la dame avec qui on a fait affaire... Mais j'y crois pas trop vu qu'elle l'avait remis en vente et ne l'a plus re-remis, donc probablement qu'il est vendu. Sauf qu'elle ne nous l'a pas dit.

Le tas de jouets par contre il est là. Et il se multiplie aussi... Et j'ai toujours rien pour ranger... Arg.