vendredi 13 novembre 2009

Sa mère le muguet à La Foa

Rha ! Je me suis mélangé les pinceaux, j'ai oublié de vous raconter l'épisode Muguet-sinon-c'est-pas-drôle de notre virée à La Foa.

Voilà qui est réparé.

(et j'ai enfin trouvé le truc pour planifier mes messages, et donc les poster également à la bonne date. Youpi)(oui, je suis pas une précoce j'avais remarqué...)




Sa mère le muguet à La Foa, donc,

Ou comment les séries à épisodes sont beaucoup plus amusantes...


Fière de mes techniques redoutables, et au prix d’une sale nuit, j’ai vaincu la mastite. On peut applaudir, c’est ce qui s’appelle avoir de l’expérience. Voui, en matière de mastite, j’avais de l’expérience, maintenant je suis une vétérante. Demandez-moi conseil, Mamie O. et ses bonnes recettes est toujours là pour vous.




Reste que pour être une vraie professionnelle, avoir vécu l’éventail des possibles est une nécessité que j’aurais eu tort de négliger, voire de nier...




Donc dans la série (heureusement limitée) des “petits soucis de l’allaitement” (“petits”. Je me marre. Jaune. Mais je me marre, allez !), je n’avais encore jamais expérimenté l’inénarrable muguet.

De son joli nom de fleur, ce truc à la con cache bien sa réalité.
Le muguet c’est un champipi, un champipi, un champignon. Donc d’abord vous trouvez la bouche de votre Ptibouchon blanchâtre, et malgré le petit doute qui s’insinue (à force de me dire que ça au moins je ne l’avais pas eu, je savais un peu de quoi ça avait l’air), vous vous dites d’abord que c’est juste un petit reste de tétée qui traîne. Sauf qu’à force de traîner, le doute est de moins en moins possible. Et quand la douleur atteint votre néné droit, il est tout à fait exclu : c’est un champignon. Candida Albicans de son joli nom scientifique. Et si comme moi vous intimez à la pharmacienne équipée d’aller voir sur le site de la Leche League, vous apprendrez avec une satisfaction mal dissimulée que “cette pathologie peut mettre en péril l’allaitement, en raison des douleurs vives qu’il cause à la mère” (heureusement que j’en ai vu d’autres et qu’après 45 mois d’allaitement cumulés j’ai un peu de bouteille et de ressources, parce que effectivement, je conçois bien la problématique, hein). Vous apprendrez aussi, et serez heureuse de (l’apprendre), que le traitement ne nécessite pas de grandes ordonnances, mais une bête préparation de Violet de gentiane (à nom de fleur, nom de fleur et demie) à 1%.



Hm ?


Vous avez dit “vacances en brousse sur le Caillou” ?




Vous avez bien raison : on ne trouve absolument pas de violet de gentiane ici. Pas sûr non plus que j’en trouve à Nouméa d’ailleurs, et suite à un petit malentendu avec la pharmacienne, je n’ai pas le fin mot de ses multiples appels à la ville pour mon compte... Dommage.




Là, on est vendredi. De retour à la ville dimanche soir, au mieux j’aurai mon produit lundi soir. En attendant je douille à chaque tétée, et je surveille : manquerait plus qu’une crevasse sur le néné incriminé, hein ! (pour tout vous dire, ce néné m’a joué à son tour la jolie chanson de l’engorgement douloureux, donc je suppose que la crevasse n’est qu’une question d’heures)








Ah. Trop bon, d’allaiter, je vous dis.

4 commentaires:

JOe a dit…

Ben dis donc, c'est une épopée ton truc... Ben tu viens de découvrir les joies de la brousse mais ce n'est pas trop marrant pour toi. J'espère que ton truc n'a pas duré une éternité. Bizzzzzzzzzzzzzzzz

By O. a dit…

Ben pour finir, il y en avait dans une pharmacie de Nouméa, mais ils n'ont jamais voulu m'en donner, même avec une ordonnance de ma sage-femme, sous prétexte que leur flacon indique que l'ingestion en est dangereuse... Il a fallu passer par une autre pharmacie, via une fille de l'association locale de soutien à l'allaitement, pour avoir ma solution. Qui a heureusement très bien fonctionné pour régler notre petit souci...
Et du coup je suis au CA de l'association : je vais me faire des copiiiiines !

VIRGINIE a dit…

tout est bien qui finit bien si cette douloureuse expérience te permet de rencontrer d'autres personnes !
Virginie

By O. a dit…

Virginie, tu sais quoi ? Tu as SUPER raison. Finalement sans le muguet j'aurais pas fait de démarche vers l'association, et franchement je pense que cette asso me sauve en partie le moral. Donc vive le muguet ! ;-)