vendredi 25 septembre 2009

la fameuse histoire

de nos vacances avec ma belle-famille...


Celles où ma charmante belle-mère s'est vexée du fait que nous n'ayons pas fait un détour de 150 km pour passer leur dire bonjour quand on a fait la route à 4 voitures et 5 enfants sur deux jours pour rejoindre la Bretagne profonde. Non, mais c'est vrai, ça, où avais-je la tête, le jour où j'ai décidé de les snober comme ça ?



Celles où mon beau-père manifestement vexé de ma stratégie anti-engueulades qui consiste à simplement l'ignorer, lui et ses discours déjantés, s'est tout bonnement incrusté dans ma discussion avec la sus-nommée pour m'en envoyer proprement plein la figure. Il paraît que je ne respecte pas sa femme en lui parlant "de la sorte"...



Celles où nous avons fêté les 70 ans de ma belle-mère sur fond de seconde engueulade, avec les mêmes protagonistes, à peu près dans les mêmes circonstances, pour une histoire de quantité de viande dans les assiettes des enfants...



Celles où j'ai décidé une bonne fois pour toutes que :

- nous ne dépasserons désormais plus les 2 visites annuelles à mes beaux-parents ;

- nous arrêterons également de demander le moindre coup de pouce à ma belle-mère qui a eu l'air de sous-entendre que c'était une des raisons pour lesquelles j'aurais dû faire ce fameux détour. Faut pas me prendre pour une poire non plus, hein.

- je me mettrai à vouvoyer mon beau-père qui a exprimé très clairement son dérangement face au fait que j'aie entamé avec lui notre relation sur le mode du tutoiement... (mais je continuerai donc à tutoyer éhontément toutes les personnes que je jugerai dignes de ce type de relation, n'en déplaise à ce type)






L'anecdote narrable de ces 4 jours pourris est cependant mémorable, et je m'en voudrais de ne pas vous la raconter.



Mes beaux-parents, accompagnés de mon Amoureux et de son petit frère (de 9 ans son cadet), sont partis visiter la Polynésie Française quand mon Amoureux avait 18 ans.

Parmi les nombreuses activités faites en famille, s'est trouvée la visite d'une petite île quelconque, avec tout un groupe de touristes. Vahinés, plage, repas typique, vous imaginez le tableau.

Le jeune mâle musculeux et solitaire qu'était mon Amoureux en ce temps-là (en vrai, vous pouvez palpiter, il était craquant... Un peu boutonneux, mais craquant)(non, je le connaissais pas, c'est juste les photos)(les lecteurs mâles sont pas obligés de palpiter, non)(je me demande quelles requêtes gougueule ce texte va attirer, tiens) avait bizarrement besoin d'air (vous aussi, avec des parents pareils, si, si), et avait pris le large un peu sans prévenir.


Admettons que c'était un peu stupide.


Admettons qu'il avait vraiment une famille imbuvable, et qu'il l'a presque fait exprès pour les emmerder.




"Nous l'avons cherché trois quarts d'heures avec Belle-Mère... Je n'ai prévenu personne évidemment : je ne voulais pas déranger tout le monde. Mais après ces trois quarts d'heure, j'ai dit à Belle-Mère qu'il fallait se faire une raison : on l'avait perdu, il fallait faire notre deuil..."








Gloups.









Jamais je ne lui confie mes gosses.








Jamais.

7 commentaires:

val a dit…

gloups, gloups re gloups! quel c.....

On


le savait hein


mais là


quel c.....

By O. a dit…

Et encore ! L'histoire ne donne pas la pleine mesure de la pathologie sous-jacente...

pascal a dit…

je découvre ce blog grace ou à cause de ma trolette favorite et du com que tu lui as laissé ( moi, je tutoie quasiment d'office les gens biens ....)bref, ce que je viens de lire assez choquant.....t'es sur que ta belle-mère n'était pas en face de la trolette à ce moment-là ?.....
bon dimanche
bye

By O. a dit…

Mouarf, si seulement, ça se serait peut-être mieux passé... M'enfin le soutin moral fait du bien : allez-y, les gens !
Soyez assuré cependant que l'histoire ne s'arrêtera probablement pas là pour ce qui est d'avoir des choses à raconter sur mes moches-parents...

Mel a dit…

ouarf
ben j'arrête de me plaindre tiens
gros bisous à toi

By O. a dit…

Oh non, Mel, n'arrête surtout pas de râler, que je continue à me marrer de mon côté...!

JOe a dit…

Ben l'avantage d'avoir une telle belle-famille, c'est qu'au moins, tu ne risques pas de t'ennuyer et que tu as de quoi faire une belle page de blog! Bizzzzzzzz