mardi 12 mai 2009

Chers concitoyens

(oui, aujourd'hui c'est politique, c'est comme ça)

Vous serez heureux d'apprendre dans ce billet à quoi l'argent de vos impôts est dépensé. En ces temps de crises, une gestion intelligente des finances de l'État s'impose, nous sommes d'accord. D'autant qu'il s'agit aujourd'hui de l'argent de la sécurité sociale, sujet sensible ! Oui !






Donc, j'ai été contrôlée par un Docteur Fonctionnaire de la Sécu.

Moi.


Qui suis encore jusqu'au 21 mai en congé maternité, donc pas en maladie ni en congé pathologique, et qui n'ai donc absolument rien à justifier de mes indemnités journalières.


Qui connais la date de fin de mon congé de la bouche même d'une gentille dame de la Sécu (côté des professionnels de santé parce que c'est bien connu, la situation des travailleurs indépendants est vraiment trop compliquée pour être gérée par les fonctionnaires "normaux"...).

La dame en question a pris en compte le fait que j'ai (tout à fait légalement, donc) décalé le début de mon congé de 2 semaines pour pouvoir le prolonger d'autant après la naissance du bébé...



Mais ça le Docteur Fonctionnaire de la Sécu, il le savait pas.


Dommage...






DFS (on l'abrège, hein, il mérite pas autant de mots que ça, vous allez voir) : - Bonjour, quand avez-vous accouché ?

O. (même pas peur) : - le 13 janvier.

DFS : - Et votre congé de maternité se terminait quand ?

O. : - Il se termine la semaine prochaine (mouarfarfarf)

DFS : - Ah ?

O. : - (prend la peine d'expliquer)

DFS : - Ah, je comprends mieux...

O. : - (nous sommes bien d'acccord, tu perds ton temps aujourd'hui...)

DFS : - Vous l'allaitez ?

O. : - (ça le regarde, ça ?) Oui.

DFS : - Vous avez commencé le sevrage ?

O. : - (le quoi ?) Non. J'ai allaité 18 mois l'aînée et 20 mois son frère...

DFS : - Je suis contre !

O. : - (oups, mauvaise réponse)

DFS : - Passé les premiers mois (les 4 premiers donc si j'ai bien tout suivi), l'allaitement n'apporte plus rien à l'enfant en terme nutritifs...

O. : - (ça c'est ton avis, mon gros...) Et il est où le problème ? C'est pas mauvais pour autant...

DFS : - Ah ça pose souci au niveau de l'intégration avec le groupe, le bébé est trop collé à sa mère, il faut séparer la mère de son enfant rapidement...

O. : - (qui à ce stade avancé de la conversation, a commencé à comprendre qu'on n'en tirerait rien...) Ben ma fille s'est parfaitement faite à la nounou, puis la crèche, puis l'école (non, ma fille que vous voyez là à côté de moi n'est pas déscolarisée... Non, non, non, on n'abordera même pas la question. Ça doit être sa maîtresse qui est malade, je vois pas d'autre réponse envisageable... À moins de vouloir voir le DFS s'étouffer et mourir d'apoplexie sous mes yeux, ça serait rigolo, remarquez... Mais non). J'ai repris le travail à ses 2 mois et demi (à ma fille), et j'ai tiré mon lait...

DFS : - Ah mais voilà ! Le lait tiré ! C'est pas pareil !

O. : - Ben les autres jours elle était au sein, hein... Bon, de toute façon, la question ne se pose pas encore pour Ptibouchon ?

DFS : - (sourire condescendant) Vous faites quel métier ?

O. : - (ça aussi ça m'étonnerait qu'il ait besoin de le savoir dans notre cas, hein) Orthophoniste.

DFS : - Ah ! C'est un métier qui va devoir s'adapter aux nouvelles connaissance dans le fonctionnement cognitif. Nous allons avoir besoin de vous (ben pas de moi, hein, je file prendre un congé parental pour allaiter mon bébé les 20 prochains mois, là). Vous devriez lire le livre de X, ça vous plaira beaucoup.

O. : - (répète pour un feed back bien positif) X. Je lirai (sauf que ton bouquin c'est à vue de nez de la vulgarisation, et excuse-moi mais il me semble que les publications scientifiques qui concernent mon domaine de compétences sont d'un autre niveau. Un niveau que très probablement tu n'arriverais pas à suivre, même de loin, et donc, ben X : répété, oublié. Voilà)

DFS : - Au revoir.

O. : - Au revoir.















(Oh j'ai oublié de le présenter à mon beau-père, sûr qu'ils se seraient bien entendus, tous les deux)

8 commentaires:

JOe a dit…

MDR... Il ne t'en arrivera pas d'autres!!! Bon allez zou, je file au lit, ça fait 2 nuits que j'ai du mal à dormir avec tous les "si" qui trottent dans ma tête. Si tu as lu mon blog tu dois t'en douter!!! Bizzzzzzzzzzzzzz

Karine L. a dit…

y'a pas à dire, il en tient une couche celui-là.

val a dit…

euh, et si ton congé maternité se terminait d'après lui la semaine dernière, qu'est-ce qu'il faisait là????

enfin bref.... ça m'aurait largement énervée, j'admire ton flegme...

bravo

By O. a dit…

Oh ben il émettrait un avis défavorable et je n'aurais pas eu droit à ma semaine d'indemnités journalières... M'enfin si ça avait été le cas, je serais arrivée avec une tronche défaite, j'aurais pleuré que c'est pas vivable avec les trois et l'allaitement, que vraiment je ne peux pas reprendre le travail dans mon état, tout ça... ;)
En l'occurrence il a émis un avis défavorable, sous prétexte de m'assurer que les IJ et le congé parental ne se chevauchent pas... J'espère que ça ne fera rien à mes IJ...

lili a dit…

je suis sidérée!!!

a n g e l a dit…

oh pétard!

comment je l'aurais envoyé bouler... Il est gravissime, condescendant (con tout court oui) et alors en fait ce qui le gêne dans l'allaitement, c'est le nichon.
Je crois que j'aurais creusé dans ce sens là, en lui demandant s'il avait été sevré trop tôt???

Mel a dit…

rha mais s'pas possible je pensais que ça existait plus des cons pareils...
remarque t'aurais du voir leur tronche au boulot quand j'ai dit que j'allaitais toujours mon fils, 2 ans oui, et il va bien, oui aussi
bon courage
bisous

By O. a dit…

a n g e l (ouah ! la classe de te lire ici, je suis toute rouge de confusion. Si.) : tu sais que j'ai carrément hésité à allaiter mon fils, là devant lui, rien que pour l'emmerder... J'aurais trop dû en fait. Pis non. Méritait pas ça au fond...

Mél : voilà. Je pense que je vais reprendre rendez-vous dans 20 mois pour allaiter mon bonhomme de 2 ans juste dans son bureau. Histoire de le faire rougir un peu, quoi ^^