mercredi 25 mars 2009

Plan d'attaque

20h30, l'heure du crime... Euh, non. Pardon, je m'égare déjà. Remarquez on dépense une énergie considérable à certains moments de la journée, rien qu'à se retenir d'envoyer le bébé revendicateur direct par la fenêtre... Genre à 20h30, là.

Non, mais parce que si vous n'avez encore jamais eu de bébé, sachez que quand on parle des "angoisses du soir" c'est pas de celles du bébé qu'il s'agit (comment voulez-vous que cette petite chose composée à 50% d'estomac, à 30% de cris divers et à 20% de cervelle vous fasse des angoisses ?). Non, c'est pour les géniteurs que la soirée est angoissante.

Parce qu'alors que le petit truc violet et fripé s'agite pour quelque obscure raison dans vos bras, vous savez pertinemment vous la soirée que vous êtes en train de louper. Votre série préférée, un câlin avec votre Amoureux, quelques heures de surf sur internet, un peu d'entraînement sur la wii, ou bien comme votre serviteuse (j'invente des mots si je veux, je vous signale), pas moins de 4 lessives à plier... (laissez la maison sans surveillance 2 jours...)(je m'égare derechef, rhooooo)(nan mais zut quoi aussi à la fin).

Et bref.




Après quelques semaines de hurlements divers, vous finissez par prendre la mesure des besoins de votre bébé en matière d'endormissement, et se profile le plan d'attaque de la soirée réussie (autant casser le suspense tout de suite : la soirée d'aujourd'hui est totalement ratée, faut trouver un plan B...)(on n'a pas de plan B, le linge est pas prêt d'être plié).




Après plusieurs observations de pointe, nous sommes ce jour en mesure d'affirmer que :
1- le Ptibouchon sombre de plus en plus tôt vers Morphée (ce qui est bon point pour mon linge)
2- le Ptibouchon est loiiiiiiiiiiin de s'endormir tout seul comme un grand (mais je ne lui en demande pas tant non plus, notez)
3- le Ptibouchon refuse mordicus de s'endormir avec son père (il aime que sa mère, ta ta tsiiiiiin)
4- le Ptibouchon s'endort plutôt rapidement s'il est avec sa mômoan, dans le grand lit des parents, avec un petit doigt à tchouquer
5- le Ptibouchon est rarement d'accord pour passer du ventre tout chaud de sa mère au matelas froid de son lit (d'un certain point de vue, on le comprend...)
6- mais dès lors que le transfert est réussi, la nuit est bonne, ouéééé (quoique le point numéro 1 associé aux 6 ou 7 heures que ce bébé met entre deux tétées résulte en un réveil nocturne décalé d'autant vers le milieu de la nuit... Mon bébé chéri, tu peux le faire : tu t'endors comme tu veux, mais tu te débrouilles pour ne pas me réveiller avant 5h du mat, tu seras mignon)





Sauf que là je suis coincée au point 5, y'a pas moyen...









Et mon linge désespère dans le salon au-dessus...











Un plan B, quia un plan B ? Viiiiiiite !


Vous jouez ? Un p'tit cadeau à qui me retrouve la référence musicale cachée dans le texte de ce soir...

4 commentaires:

JOe a dit…

Heu pas d'idée pour le plan d'attaque hein... Mes trois morpions ne s'endormaient qu'à 23h après avoir hurlé quelques heures!!! Pour la musique, ça me fait penser à "la berceuse" de Bénabar! J'adore cette chanson!!!! bizzzzzzzzzzzzzzz

By O. a dit…

Ah oui ! "dors ! dors ! laisse dormir ton papa..." (mais c'est pas celle-là)(y'a personne qui joue, heu...).

valie a dit…

une massue???

une bouillotte dans le petit lit avant le transfert (ça nous avait pas mal aidé pour crapulette)

et bidibulle s'endormait sur le ventre de maman, devant la tv... et transfert plus tardif du coup, mais rarement raté
(bon, il n'a pas fait ses nuits (enfin, nos nuits) de bonne heure non plus hein)

courage

By O. a dit…

Ce soir endormi au sein (mais fiévreux en plus...) assez tôt, et transfert réussi. To be continued...
(la bouillotte j'y pense souvent, mais c'est compliqué à mettre en œuvre, pourtant on a les outils... Bref). ET ma chanson ? Pas d'idée ? :-D