mardi 17 février 2009

Je maîtrise !

(enfin n'allez pas en déduire que je vais vous pondre une bafouille par jour : je suis toujours en vacances, et objectivement très occupée)




Y'a des matins qui vous envoient leur réalité à la figure de façon plus prononcée que d'autres. Genre aujourd'hui.



A 10h, mon Amoureux-qui-a-repris-ses-révisions est venu me réveiller (ben quoi ?) et m'apporte le Ptibouchon changé et relativement stressé. "Tétée" il m'a dit (pas le Bouchon, l'Amoureux)(pas pour lui, pour le Bouchon, hein).
Bon. Tétée. Je suis pas chiante, pis je me réveillais juste aussi. Tétée c'est une façon douce de se rendormir se réveiller en douceur.


Donc, je suis descendue avec mon Bouchon dans les bras.


Avec un petit déjeuner comme projet immédiat, c'était téméraire, j'avoue.



D'autant que j'ai appris simultanément le forfait par obligation de mon Amoureux (purée, mariez-vous avec un étudiant, je vous jure...) et de ma mère (excuse acceptée : elle avait vraiment plein de courses à faire ce matin).



Je me suis retrouvée face à mon bol de thé (tiède... J'aime pas le thé tiède), dans une cuisine envahie par le pschiiiiiit de la cocotte minute (elle plaide non-coupable : elle ne faisait que son devoir. Excuse acceptée), les pleurs déchirants d'un Bouchon qu'on sait pas ce qu'il a, sinon pas envie d'être dans le transat, non, même si sa mère est à 1m de lui, c'est trop loin, il veut les bras, mais sauf  que c'est pas possible, ou alors j'abandonne l'idée de petit déjeuner, et non. Hors de question que j'abandonne la partie aussi facilement... Mais il faut admettre que l'armement de pointe des Ptibouchons de 1 mois est redoutablement efficace. Niveau sonore multiplié par 2 au moins, sachant que la cocotte y mettait tout son cœur...

Si ça n'avait été que ça, remarquez, j'aurais relativement pris mon parti de la situation.


Mais Biggirl a très gentiment essayé de calmer son frère en lui chantant l'intégralité de son répertoire.


Et Tiboy qui cherchait comment aider lui aussi sa pauvre mère tournait autour du transat. Qui était un poil trop près du bord de la table. Lui-même exactement à la bonne hauteur pour que ce qui devait arriver arrivât : niveau sonore x3 avec l'inconsolable Tiboy et sa tête bosselée...






Une tartine. 
Du thé (tiède...).



Un petit déjeuner, j'ai dit.

1 commentaire:

JOe a dit…

MDR... Bon va falloir que tu m'expliques car c'est pas tout à fait ce que j'ai rêvé cette nuit... Donc cette nuit, Ptibouchon, enfant précoce, chantais une chanson que lui avait apprise byggirl. Je me précipite avec ton homme (bizarre il n'avait pas de tête!) pour te montrer le petit génie et là la sonnerie du téléphone me réveille!
J'espère que cette nuit Ptitbouchon va me laisser dormir tranquille!!!
Bon je crois qu'il faut que j'arrête de lire ton blog le soir!
Bizzzzzzzzzzzzz