lundi 29 décembre 2008

Ouh le bô Nabou !

Netvibes c'est bien.

Joe, répète après moi : Netvibes c'est bien.

Ça me permet de suivre mes blogs favoris -et ne pas perdre pied, je ne vise personne.

Et sur mes blogs favoris, je trouve des infos craquantes comme tout, que justement c'était un peu la déprime de la fin décembre dans ma maison (non, n'insistez pas, je n'essaye même pas de vous raconter), et que je crois bien que j'ai justement super besoin d'un Nabou de réconfort :




(enfin il faut plutôt cliquer ici parce que décidément, blogger ne veut pas transformer mes photos en hypertexte, allez comprendre...)(nan, c'est pas moi qui suis nulle, c'est lui, d'abord)(et que personne ne conteste, surtout les deux dans le fond, là).


Il est pas adorable, celui-là ??? Moi je craque tout droit. En plus j'ai même pas demandé de doudous pour mon bébé. Enfin, j'ai surtout demandé à ne pas recevoir de doudous, rapport que le panier à doudous de la maison il est débordé, donc bon. Je préfère des couches lavables. Et donc si je gagnais ce Nabou-là, ben mon bébé il aurait quand-même un doudou à lui-rien-qu'à-lui, ça serait-y pas formidable, ça ?


Bon, vous n'êtes pas obligés de jouer aussi, à moins de prévoir de me l'offrir après, parce que sinon, ça sera autant de chances de moins pour mon bébé d'avoir un beau Nabou bleu turquoise à écharpe (il a trop raison, le Nabou, fait vraiment trop froid en ce moment). Mais vous pouvez, que dis-je, vous devez aller visiter le tout nouveau blog de Kallou, pour la simple et bonne raison que tout ce qui s'y trouve est absolument adorable.


Chiche que vous craquez pas ?





Hum, je ne parierais pas, à votre place...

dimanche 28 décembre 2008

Accoucher

Toutes les femmes vous le diront : accoucher, ça fait super mal, mais on oublie cette douleur. Enfin presque toutes. J'en connais, curieusement, elles veulent pas en refaire, de gosse. Elles ont pas oublié du tout, elles.

Moi je suis dans la "norme". J'ai oublié. Je me souviens parfaitement avoir huuuuuuuuuuurlé quand le gynéco a mis ses forceps pour sortit ma Biggirl (et m'être fait engueuler par la sage-femme au passage, comme quoi je criais trop fort. L'a jamais dû accoucher, cette pétasse). Je me souviens aussi avoir huuuuuuuuuuuurlé après que ma sage-femme (une autre) m'a injecté son syntho pour accélérer le travail pour mon Tiboy, que ça a super bien accéléré, je peux vous le dire...

Mais je ne peux pas vous dire comment j'ai eu mal. Ce que ça fait physiquement comme douleur.




Enfin ce matin, je me suis souvenue en fait...

Je me disais aussi que quand les vraies contractions de travail allaient reprendre pour ce bébé-là, je les reconnaîtrais sans ambiguïté. Et donc, il devait être dans les 8h quand ça m'a douillé dans le souvenir, et que j'ai reconnu une contraction du genre qu'on s'en tape pendant 10 heures avant d'avoir son bébé dans les bras.

J'en ai eu deux trois, comme ça. Pas franchement rapprochées, pas franchement régulières. Tout juste de quoi se dire "ah ? La balade d'hier doit avoir fait quelque chose, y'a de la mise en place dans l'air pour le show de fin d'année, peut-être que ce bébé ne veut pas déroger à la mathématique familiale, et tient absolument à une date de naissance sur une année paire...". J'étais quand-même pas encore ruée sur le téléphone à appeler ma sage-femme pour lui dire de rappliquer, mais j'étais en éveil, attentive, fixée sur mes sensations.


Sensations qui se sont précisées, surtout au petit déjeuner.






Ça va beaucoup mieux, là. Juste, ils sont tous partis à la piscine sans moi, c'est pas la peine d'avoir des coliques au milieu du bassin...





Mais nan, j'ai pas confondu des contractions et des coliques...


...


...


Si ?





Rhaaaaaaaaaaaaaaa...

jeudi 25 décembre 2008

Encore temps...

Pour vous souhaiter à tous et toutes un super joyeux Noël !

J'espère que tout s'est bien passé chez vous.


En ce jour de fête, je vous épargnerai mes jérémiades , si. Vous pouvez dire merci. Quoique. Après tout, à Noël, on n'est pas obligé de dire merci pour les cadeaux qu'on reçoit, si ?

Peut-être que je trouverai un petit reste de motivation et d'énergie, dans les 3 semaines (3 !!!) qui me séparent de l'atterrissage du 3ème larron pour vous sortir un peu de poésie By O. Mais peut-être pas... Ça commence à être dur, là (mince, j'ai dit que je vous épargnais les jérémiades, désolée...).

Faudrait bien quand-même, parce que manifestement, c'est pas juste après le fameux atterrissage que je trouverai les ressources, m'enfin je vous tiens au courant.


Et puisque vous êtes passés me dire bonjour, vous admirerez avec hystérie (non ? Y'a que moi que ça rend hystérique ? Les hormones, alors, désolée...) la mise à jour de ma liste de blogs préférés ! Youhouhou ! Tout arrive, même ça... C'était inespéré.

Et le petit cadeau pour Joe, c'est le lien pour s'abonner au flux RSS... Bon, c'est pas la fameuse newsletter que tu attendais, mais j'y travaille. Juste j'ai rien trouvé de prédigéré sur Blogger, faut que je creuse la chose, mais normalement si tu mets bien tes flux à jour, tu devrais pas louper un seul de mes somptueux messages... Si ?


Allez, plein de bisous à tous, et à bientôt !

mercredi 17 décembre 2008

Les carottes sont cuites

Et même pire.

En fait, c'est terrible d'être organisée. On prépare les choses à l'avance, tout ça, genre le repas du soir pour pouvoir avoir l'esprit tranquille en allant chercher Tiboy à la crèche. L'esprit libre de se donner du temps chez la voisine pour un thé bien chaud pendant que les enfants se disputent s'amusent gentiment...


Jusqu'à ce qu'on réalise qu'on a omis un détail bête.


Celui de prévenir l'Amoureux noyé sous ses révisions pour demain que les carottes étaient sur le feu.


Donc les carottes sont cramées.


On va bouffer des pâtes, ça nous changera (sic). C'est juste dommage que ça m'ait autant démoralisée (à moins que ça soit le big mal de dos (sciatique ?) ajouté aux tiraillements et contractions côté face)(ou alors le mal au crâne qui s'est subrepticement invité par dessus le tout)(ou un peu de tout ça, ouééééé).





Allez, je vais pas jouer les rabat-joie. Pour vous remonter le moral, je vous mets quelques photos des derniers trucs en couture :

Deux bavoirs pour le bébé de ma voisine (ils doivent être aussi longs que lui pour le moment, mais ça tombe bien, vous aurez remarqué qu'ils ne sont pas terminés : j'ai pas de biais à la maison, et pas eu 5 minutes pour aller en acheter...)




Un nid d'ange pour le bébé de mon frère qui doit débarquer au mois de mars...
Manque une fermeture éclaire sur le côté, pis que je ferme le bas (je pense qu'il vaut mieux que je mette la fermeture avant, non ?).


(bon, la photo est toute pourrie, désolée, je ne fais aucun effort ce soir)


Détail des boutons en pâte fimo, que je suis assez fière d'eux, oui !


(OK, je suis moins fière du drôle de pli que prend la capuche du nid d'ange. Vais passer un coup de fer pour reformer tout ça, mais je sens que je maîtrise pas encore bien le concept... Sur la couverture du bouquin de Laëti, c'est beaucoup mieux soigné...)


Détail de la fée... Je me suis trompée dans le choix de ma longueur de point, donc ça fait pas net comme appliqué. Pis aussi, j'ai pas pris une couleur de fil assez contrastée avec les tissus, et ça renforce l'impression de flou... Tanpis pour cette fois, fallait bien que je me plante sur mon premier nid d'ange, j'ai encore du chemin avant de faire des réalisations de pro... Hem.



Détail des étoiles... Même constat, même si du coup comme elles sont violettes, la couleur du fil pose moins de problème sur le rendu final (mais la longueur du point laisse toujours une impression un peu brouillon qui me chiffonne...).




Et voilà pour ce soir !

Je filolit (vous y croyez, vous, quand je vous dis ça ? Sachez que je le pense. J'ai envie de filer me coucher, mais je me trouve toujours un max de trucs débiles à faire qui reportent d'une bonne heure la résolution de la réalisation...).

mardi 16 décembre 2008

Les joies du libéral...

Quand tu travailles en libéral, il faut le savoir, le "congé" que tu prends pour t'occuper de ta pomme et de ton groventre est envahi de tâches administratives diverses et réjouissantes.

Hormis ma chasse aux sous (toujours rien pêché, on va finir par arrêter de manger et de vivre chez nous, ça nous coûte trop cher, c'est dommage), il y a la fameuse déclaration de revenus.


Voui, parce que quand tu es un honnête salarié lambda, non seulement le passage au congé maternité est une évidence indiscutable, mais tu dois rendre ta copie aux impôts comme chaque année, au printemps.

Mais quand tu es en libéral, tout devient soudain compliqué. Et ta "cessation d'activité" est assortie d'un devoir de rendre ta compta (provisoire normalement) dans les 2 mois. J'ai cessé mon activité le 30 septembre, donc ma compta est à rendre pour il y a 15 jours.

Ah ben forcément, mais sauf que évidemment mon ordinateur a trouvé que l'automne était déprimant et qu'il a décidé de se suicider, pas moins, juste au moment critique pour cette fameuse compta.



Hier, j'ai abordé la tâche avec détermination (réinstaller un windows sur mon Mac tout nouveau tout beau, réinstaller le logiciel de gestion de cabinet, restaurer la dernière sauvegarde, reprendre la compta où je l'avais laissée pour enfin essayer d'en finir avec le truc à rendre d'urgence...).

J'ai super bien avancé, mais pas pu finir pour cause de disparition sans laisser de traces d'un de mes relevés bancaires de l'année. Celui qui court du 15 août au 31 août, pour être précise. Vous l'auriez pas vu, par hasard ? Ben moi non plus. Donc je ne peux pas boucler la compta, c'est ballot. J'ai sauvegardé l'état du logiciel sur le bureau du PC, essayé en vain d'en faire également une sauvegarde sur ma clé usb, marche pô, comprends pô, c'est du Windows, faut pas chercher... Pis j'ai tout éteint (faisait une drôle de tête mon logiciel, sur la fin. Apparemment un peu perdu dans ses nouveaux habits de Windows, sur nouveau logiciel Parallels (ça c'est le truc qui me permet d'installer windows sur mon Mac), ça aime pas trop les déménagements, ces petites choses).


Pis là, ce matin, j'ai eu la réponse à une question existentielle que je me posais sur la ventilation de la CSG non-déductible (quoi ? Vous vous posez jamais ce genre de question, vous ? Moi si, c'est comme ça), et donc ce matin j'ai redémarré le PC.



A pu mon logiciel de compta.


A parti, je sais pas où.


A faut tout réinstaller, on dirait, ben crotte.



Et elle est où ma sauvegarde, hein ? Elle apparaît pas sur le bureau du PC, elle apparaît nulle part, je crois que je vais pleurer un peu...








(ouf, en fait elle était cachée, la fourbe, mais je ne crie pas victoire trop vite, si ça se trouve elle a mal marché et j'ai plus qu'à tout recommencer ce que j'ai fait hier... Naaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaannnnn...)

(bon, là faut que je rappelle le service technique de mon logiciel, pour essayer de voir s'il faut vraiment tout réinstaller ou pas... Pfff... C'est quand le congé ?)

samedi 13 décembre 2008

Y peut paaaaaaaaas comprendre...

Que j'aimerais bien qu'il range spontanément le salon avec les enfants quand on ne peut plus y poser un pied par terre ;

Que j'aimerais autant qu'il change aussi la housse de couette quand il se lance dans le changement des draps ;

Qu'il évite de monter 3 pantalons et 4 pulls pour chacun de ses mômes quand il commence à vouloir "préparer des vêtements pour demain" ;

Que c'est pas mal aussi de débarrasser correctement la table et d'y passer un coup d'éponge (pas sèche, l'éponge, mon chéri, ça sert à rien) à la fin du repas ;

Que tant qu'à faire, si c'est moi qui ai supporté le fonctionnement de la maison et les mômes toute la journée, quand il lâche enfin ses révisions pour venir m'aider, ça soit pas en râlant, s'énervant, soupirant, et me faisant comprendre qu'il a autre chose à faire (nan, mais sinon il peut aussi rester bosser, et je lui apporte une assiette dans son bureau, ça sera plutôt plus facile pour moi...) ;

Que j'ai maaaaaaaaaaal de partout, que je ne peux pas me baisser facilement, que monter et descendre les escaliers devient un vrai calvaire, que je suis totalement épuisée, et qu'il y a encore un mois à tenir... Allez, 3 semaines pour le plaisir, et une semaine officielle (c'est-à-dire que dans une semaine le terme "accouchement à domicile possible" sera atteint, dans 3 semaines, le terme "bébé de janvier sera atteint, et dans un mois le terme officiel de la grossesse sera atteint...).





Manquent de neurones ces mecs.




Sont pas bien vivaces, des fois.





M'énerve.

jeudi 11 décembre 2008

Digeling digeling

(quoi, vous reconnaissez pas les clochettes des rennes ? C'est pourtant vachement bien imité, vous êtes difficiles)


Figurez-vous que le Père Noël passait par là, et qu'il avait un cadal especial para mi, en avance. En vrai, il avait pas les moyens le Père Noël, mais il a eu pitié d'une pauvre fille qui se préparait à assumer un ordinateur avec un beau disque dur de 120 gigas au lieu de 60, certes, mais avec un lecteur de CD en rade, et une probabilité très non négligeable de panne récurrente imminente...


Donc, le Père Noël qui passait par le service après-vente d'apple ousqu'y sont pas bêtes, parce que c'est aussi là qu'ils vendent des beaux ordinateurs tout neufs qui vous font de l'œil... Ben au lieu de revenir avec mon vieil ordi convalescent, a laissé ce dernier sous bonne garde pour le refurb, et est revenu à la maison avec un nouvel ordi...



C'est hyper pas raisonnable.


C'est hyper la classe.


Chu hyper contente, et j'me la pète grand comme une maison, vous imaginez même pas.




(Juste faut que je me remette de la perte tragique d'une grosse partie de mes données, dont mon carnet d'adresses, paix à son âme (et super snif, hein, je vous raconte pas comme c'est simple de se reconstituer un carnet d'adresses...), et nombre d'autres petites choses dont je me passerai donc... (soupir)).





PS Dites, vous avez eu ça ? (clic pour voir en grand)

lundi 8 décembre 2008

Duuuucement...

Je prends l'option "sieste à volonté", c'est prudent.

Mais comme vous êtes bien sages (en toute logique, à 3 semaines du débarquement du Père Noël, vous devriez être comme des images, c'est imparable)(mais si ça marche aussi quand on est grand, vous en voulez des cadeaux ou quoi ?), je prends du temps sur ma sieste pour vous. Magnifique.

Je promets pas de tenir longtemps, parce que mon ordi étant en panne (grmpf), et celui de mon Amoureux trop occupé sous les mains expertes de cet homme qui cumule les compétences d'un ancien informaticien et d'un futur kiné (comprenez que pour le moment, l'Amoureux en question est principalement étudiant, donc indisponible, pour les massages comme pour l'informatique, mais ne le dites pas à son ordi ça lui casserait le moral), je vous écris -excusez du peu- depuis l'iphone.

Passée la phase admirative et vaguement envieuse du lecteur assidû que la chose impressionne quand-même un peu (si. Vous êtes impresionnés et vaguement envieux, c'est comme ça, cassez pas tous mes rêves de blogueuse, vous serez gentils)(je vous rappelle que c'est bientôt Noël et que vous êtes sages comme des images), vous comprendrez vite que vous faire une tartine en tapant sur un écran de 4cm sur 5 a un côté acrobatique. Et que donc je vais abréger, hein ?

Sachez donc que ma fille n'a presque pas fait d'histoires pour aller au lit en bête pyjama et pas en robe de princesse ;

Et que les sapins à 1 € d'Hic-Et-Ah ! sont grands, beaux et chouettes, sauf qu'ils sont livrés sans le pied de sapin qui va bien. Et que vous irez donc jusqu'à Carrouf en prime pour acheter un pied ("sans sapin ?" "oui madame, juste le pied" "de quel diamètre le trou ?" "ah bah bonne question, tiens. Genre celui-là ? Oui, il doit bien être gros comme ça..."), qui évidemment s'avère trop petit, que c'est bien aussi d'avoir à la maison un Amoureux dispensé de stage pour cause de grosse fatigue parce que je m'en serais jamais tirée toute seule avec mon grobidon de compèt...


Yapluka décorer la chose.

samedi 6 décembre 2008

Et donc...

Bon, ça y est ? Tout le monde a versé sa petite larmette devant la situation désespérée de mon Amoureux ?

Vous voilà donc tout prêts à entendre la suite...


C'est dans ce climat lourd de fatigue que nous nous sommes retrouvées, mes contractions de fin de journée et moi (comment ça je joue la carte sensible ? Ça marche bien à la télé, je vois pas pourquoi je m'en priverais, hein !), à finir de débarrasser la table du dîner, mon Amoureux assis sur une chaise à côté lisant des papiers de banque, du courrier, je-ne-sais-quoi.


La journée avait été chargée, notamment parce qu'on avait fait notre réunion de desperate houswives du quartier avec option "préparation de nems en gros", ce qui a pris au bas mot 3h30 tout compris, et ce qui a de facto fait sauter ma sieste quotidienne... 40 nems j'ai ramené à la maison. Pour 10 euros (sans compter l'huile et le sopalin, certes).


Je tiens à préciser quand-même que mon Amoureux n'est pas un tire-au-flanc. Qu'en ce moment, c'est plus souvent lui que moi qui fait le fameux débarrassage de table (nan, mais en général j'ai donné le bain aux petits et/ou préparé le repas, hein, je suis pas non plus totalement démissionnaire), mais que bon. Là ce soir-là c'était moi, et lui qui foutait rien à côté. En soi ça ne me dérangeait pas plus que ça.


Jusqu'à ce que cet abruti ouvre la bouche...


Pour dire d'un ton à peine concerné : "faudra penser à ranger les nems aussi".



Si vous commencez à me connaître un peu, vous pouvez imaginer à quel point je sais rester maître de moi dans ce genre de situation. Si vous ne me connaissez pas encore bien, vous pouvez toujours imaginer que je sais rester maître de moi dans ce genre de situation. Et bref, pour tout dire, je ne sais absolument pas rester maître de moi en fin de journée quand j'ai oublié mes gouttes (on en reparle), et que mon ventre tire par tous les bords...



J'ai donc littéralement explosé à la figure de mon Amoureux un peu estomaqué, mais sans 2 sous de jugeotte puisqu'il a ajouté, surpris : "attends, c'est tes nems, c'est toi qui sais ce que tu veux en faire !".



C'est bizarre ça m'a pas calmée...






PS, Joe, je me lance cet après-midi dans la guimauve. J'ai le trac, j'avoue. J'ai acheté du sucre cristal finalement, je voulais pas commencer à improviser, hein ! Pis j'ai pas de thermomètre, alors je vais faire comme elle dit la fille de Cakes in the city, et je vais attendre 5 à 6 minutes après l'ébullition... Ouh ! Je le sens un peu moyen quand-même... Arg !

vendredi 5 décembre 2008

Mon Amoureux

Mon Amoureux est étudiant.

Mon Amoureux a des partiels bientôt.

Il est donc fatigué (très), irascible (un peu), impatient (souvent), stressé (beaucoup).



Mon Amoureux a en plus de ses partiels une biggirl qui va fêter ses 4 ans dimanche, et qui est adorable mais chiante (quand elle s'y met), un Tiboy de deux ans qui teste les limites de toute la famille en commençant par celles de son père (plusieurs fois par jour), et une femme enceinte jusqu'au cou qui... Bref. Enceinte jusqu'au cou, quoi...


C'est dur pour lui, soyons honnête.



D'autant que son année scolaire est loin d'être terminée, et que mon Amoureux pour finir son année (la dernière en plus), va avoir :
- une Biggirl de 4 ans passés adorable mais chiante,
- un Tiboy de 2 ans et demi que ça m'étonnerait qu'il passe subitement du stade du test de résistance morale à la douceur timide d'un enfant introverti,
- un Mini (ou une Minie, mais on trouvera un autre nom si c'est une fille) totalement ignorant du rythme honnête de vie d'une famille normale,
- une femme allaitant et portant autant qu'elle le pourra ses 3 gosses et la maison qui va avec (elle a pas fini d'être chiante aussi, celle-là).





Pauvre Amoureux...

mardi 2 décembre 2008

Houston... On a un problème !

Un problème de microbes en attaque groupée et organisée : 2 loulous malades dont un petit bouchon sous antibios pour la première fois de sa vie, avec réveils nocturnes plus ou moins fréquents, plus ou moins coordonnés, plus ou moins rapides à régler... + une maman sinusitée du bulbe, que ma tête ressemble plus à rien vu de l'intérieur (de dehors c'est jusqu'à ce que j'ouvre la bouche pour parler que vous pouvez croire que tout va bien), et une gastro en plus, sinon c'est pas super rigolo (n'empêche, j'ai découvert l'efficacité du mouchage prolongé sur la vidange intestinale en cas de gastro, je vous recommande la méthode) ;


Un problème de sous bloqués quelque part dans l'espace intersidéral qui sépare les administrations de mon compte en banque. J'ai commencé une exploration de ces lieux hostiles, et je rigole pas tous les jours... Pour le moment on en est à : un congé parental bloqué pour cause de pièce manquante au dossier (voui, mais cette pièce ils ne l'ont jamais demandée, ce n'est qu'après 3 appels qu'ils ont consenti à m'expliquer la raison du problème...) + un congé maternité qui risque fort de ne tout simplement jamais être versé, parce que j'ai eu l'idée farfelue de ne pas tricher et faire croire que j'étais arrêtée plus tôt pour cause de maladie liée à la grossesse, et de me mettre à la place en congé parental en attendant le début du congé mat. En libéral, tu as le droit de passer de "travailleur" à "congé maternité", mais pas de "congé parental" à "congé maternité". Fallait le savoir. Je le savais pas. Sinon j'aurais refusé à ma collègue sa demande de rupture anticipée du contrat qui nous liait. Mais je savais pas. Bouh.


Un problème de bébé farfelu qui a eu la drôle d'idée ce WE d'opérer dans son loft perso et douillet un demi-tour tout à fait inopportun. Conséquence : un bébé en siège ce jour, je saute de joie. Exit l'accouchement de mes rêves à la maison si ce crapaud ne se décide pas dans le mois qui vient à prendre le chemin inverse.




Suis un peu fatiguée, là, tout à coup...