dimanche 12 octobre 2008

Hors Saison (2)

La suite de nos vacances buissonnières...

À toutes fins utiles, je vous signale que j'ai été très bavarde aujourd'hui, et que ceci est mon troisième message du jour. Si. Champagne, limite, là, non ?



Bon, et donc j'avais promis la suite de nos aventures... Avec même des photos parce que je suis trop bonne et que vous en rêviez dans vos nuits folles (non ?).




Nous avons laissé derrière nous Marseille, les petits cousins, la grobidonnante et son mari-gentil-mais-usant-des-fois. Ils avaient un nouveau débarquement de famille dans la foulée, j'ai eu une pensée émue...




Nous avons pris la route en direction d'Antibes, mais avec une halte très opportune sur la presqu'île de Giens, où nous avons pris le bateau pour Porquerolles.

Rien que le bateau pour nos loulous, c'est l'aventure totale, le dépaysement indescriptible, le bonheur en boîte, les cheveux au vent, sur un traîne-couillons à réaction (impressionnant la vitesse du truc)(oui, c'était nous les couillons, mais même pas mal...).




Arrivés sur l'île pour le déjeuner, on se l'est jouée restau (steak haché-frites pour les mômes, notre originalité frise l'indécence parfois...), glace (que même que franchement ils ont beau être gourmands, même pas ils tiennent la bonne vieille glace de grand-mère, mes zouzous. Après s'être bien goulinés de sorbet rose, ils ont fini par déclarer forfait, et les glaces ont terminé leur vie dans une poubelle (oh éh j'avais déjà tout mangé la mienne, moi)), et surtout, surtout ! VTT.



VTT je vous assure qu'il faut être du genre motivée quand on est enceinte de 6 mois, parce que le loueur vous regarde d'un air pas net, vous suggère de faire la balade à pieds, plutôt, vous rappelle que c'est de la rocaille qui fait mine de rien qu'à secouer sa mémère, vous glisse que franchement sa femme à lui il lui interdirait ce genre de trip (et là mon Amoureux reste de marbre, soit pas concerné, soit décidé à braver l'affront par le mépris qu'il mérite...), et finit par admettre que de toute façon c'est bien nous qui choisissons payons (ah ben quand-même, on a failli attendre !).


Nous fait un prix si on revient avant 16h15 (rapport au bateau de 16h30 qu'il aimerait bien choper), et installe nos zigotos comme des rois dans la carriole derrière le vélo de leur père !






Bon, je reconnais, les chemins de rocaille, ça secoue.

Pour le plus grand bonheur des gosses, installés dans leur shaker non suspendu, et secoués comme des pruniers pendant l'heure et quart qu'aura duré la balade (objectivement me fallait pas plus non plus quand-même, mais ça aurait été dommage de louper ça !).

La mère inquiète pense syndrôme du bébé secoué (chéri, tu sais, à 2 ans Tiboy il a encore une tête vachement grosse à porter sur son petit cou fragile, faudrait peut-être éviter de secouer pour secouer, quoi...), tandis que les deux zouaves à roulettes hurlent des "encooooore !" à moitié hystériques... Nous n'avons pas les mêmes valeurs.

(moi vous ne me faites pas monter dans un truc de ce genre, hein. Ou alors vous prévoyez les petits sacs en papier ad hoc pour mon vomi, et un traitement pour la maladie neurologique que je ne manquerai pas de développer derrière... Sont fous ces bébés).



On a repris le bateau (limite ils auraient déjà eu l'air blasé, mes zamours, allez comprendre... Ah, fatigués peut-être, c'est de l'ordre du possible, oui...).


On a repris la voiture.


Ils ont mis à peu près 6 minutes à sombrer dans un sommeil mérité.



Et ma fille a fait sa crise de nerfs du siècle le soir chez ma cousine, un vrai bonheur en barre...



Mais je regrette pas !

Pis c'est pas fini pour les vacances. demain si vous êtes sages je vous écris la suite... (c'est comme ça, sur ce blog, faut savoir patienter parfois des semaines pour avoir un vague message de rien du tout, et d'autres fois le rythme est tellement soutenu qu'on prend 3 posts de retard en une journée. Je vous malmène, je le sais, mais vous êtes des lecteurs motivés, vous l'avez déjà démontré...)







(ah et au fait, j'ai aussi ressorti ma machine à coudre, je vous montrerai ça)

1 commentaire:

val a dit…

ça fait du bien, nous aussi ça nous donne l'impression d'être en ouacances