mardi 14 octobre 2008

Drôle de tête

Bon, faut que je l'avoue rapidement (pour pas trop rougir, sinon ça va être encore pire), ce matin j'en ai eu marre de ma coupe qui n'en était pas une (rapport que bon, depuis 2 ans que ça pousse sans que j'y touche, c'était juste long avec tendance à faire une pelote à chaque coiffage), et je me suis arrêtée sur le chemin du retour de l'école chez le coiffeur.


J'ai pas un très bon rapport avec les coiffeurs. En général je rentre chez eux, ils me font quelque chose, et je me précipite à la maison pour passer la tête sous la douche et aplatir le tout.
Là je l'aime bien, ce coiffeur. Il est plutôt mignon, et la dernière fois, il avait fait ce qu'il faut pour que mes cheveux puissent continuer à pousser allègrement sans que je passe par la phase où la longueur est exactement entre court avec l'air de quelque chose et long qu'on peut attacher. Cette fameuse phase où on n'a l'air de rien...

Et là il s'en était bien tiré, parce que je n'ai pas craqué, j'ai pu tenir jusqu'à ce que la masse capillaire prenne le dessus et que la gentille grosse dame noire me fasse un millier (au moins) de petites tresses sur la tête pour mon mariage.


(que celui qui suit encore ce que je raconte à ce niveau de l'histoire lève le doigt, il aura un vrai bon point, promis)



Depuis ce dernier épisode, je n'avais pas remis les pieds chez le coiffeur (hormis la grosse dame noire, mais elle a rien fait qu'à me rajouter des longueurs crépues pour tresser tout ça, et après j'ai tout viré et tout lavé, et on en était revenu au point précédent son tressage, 2 cm en plus).



Ces derniers temps je grognais à chaque shampoing parce que c'était trop long à laver, pis trop long à coiffer, pis que ça laissait des pelotes bien trop grosses dans la poubelle, tout ça pour finalement systématiquement attacher le tout bien serré derrière le crâne, et comme dit le coiffeur : à quoi bon avoir les cheveux longs alors ?



Et donc, j'ai passé la porte, avec l'idée première de prendre RDV, mais finalement il pouvait me prendre tout de suite, alors je me suis laissé faire.




Il m'a demandé ce que je voulais, j'ai dit que j'en savais rien. J'ai expliqué que je passais mon temps à les virer derrière mes oreilles s'ils étaient trop longs et trop lourds sur les côtés, et que je voudrais bien un semblant de frange, le genre mêché, pas trop marqué. On ne peut plus flou, je me demande si c'est pas de là que viennent tous mes soucis avec les coiffeurs.



Donc il a joué tout seul avec ma grosse masse de cheveux. On a opté d'un commun accord pour le dégradé mi-long, avec l'idée que si ça me prenait trop la tête, ça serait plus facile de faire plus court que le contraire (on est d'une intelligence démesurée chez le coiffeur, je note).



Résultat, je crois que j'en ai déjà marre. Je me suis promis à moi-même de tenir 2 mois avec cette coupe. Pis de laisser une chance au prochain shampoing pour me donner une allure qui me satisferait. Pis de ne pas trop me regarder dans la glace parce que j'ai du mal à m'y faire, mais ça doit pas être aussi horrible que l'idée que je m'en fais dans le reflet déformé des vitres de voitures...




C'est compliqué d'être une fille...






(mais mon mari a noté que j'étais allée chez le coiffeur, c'est pas épatant, ça ?)


(il n'a pas vraiment dit ce qu'il en pensait, je ne suis pas certaine de vouloir connaître le fond de sa pensée...)

3 commentaires:

JOe a dit…

Bon c'est le premier pas qui compte... Dans quelques temps tu t'y seras habitué et tu te feras la même coupe que moi!!!! Bizzzzzzzzzzzzzzzzz

By O. a dit…

En vrai j'ai déjà eu plein de fois les cheveux courts (voire très courts... Hem, j'ai souvenir d'un épisode de tondeuse assez euh... révélateur ?). Juste là c'est la coupe qui me folichonne pas, mais je vais (peut-être) m'y habituer. J'ai dit 2 mois. Après je retourne chez le couptiffs et on ratiboise ça façon facile à (ne pas) coiffer...

val a dit…

et tu le sens comment aujourd'hui???