mercredi 17 septembre 2008

Comment je suis devenue piétonne

Le code de la route n’a aucune considération pour le doux état des rêveurs. Il préfère les loups aux dents aiguisées qui font juste très très attention aux quelques moments qui risqueraient de leur coûter quelque chose. Bon, j’admets que la distraction au volant peut avoir des conséquences dramatiques, mais les temps sont durs pour les esprits occupés, je vous le dis.



À l’origine, j’avais un permis comme tout le monde, avec 12 pimpants petits points et un avenir radieux devant lui, étant donné que je suis loin d’être une chauffarde (OK, les chauffards ne se considèrent jamais comme tel, mais je vous assure que je suis généralement prudente, si)(pis si vous voulez vérifier par vous-mêmes, venez me rendre visite, je vous emmènerai à la plage).



Nous avons eu, mon permis et moi une expérience malheureuse il y a quelques années à Lyon, où un sournois petit feu rouge a surgi sur la très grande avenue à un endroit absolument incongru. Manque de bol, il était accompagné de son petit van bleu de policiers, et mon permis a perdu d’un coup quelque chose comme 3 de ses jolis points. Désolant. Cela dit, même si je n’ai absolument pas fait exprès, promis, je plaide coupable. C’est très dangereux de griller un feu rouge, aussi sournois soit-il.



La véritable déchéance de mon permis a commencé dans le Sud. Pour être très précise, sur le trajet qui relie mon domicile à mon lieu de travail. Forcément, je le prends 4 fois par semaine, et forcément, le radar étant fixe, je lui fais coucou tous les jours.


Je le connais bien, ce radar. Il a déjà volé un nombre incalculable de points à mon pauvre permis. Il récidive, ce fourbe en plus ! tenez, pas plus tard que jeudi dernier, il a recommencé. En plus il n’est même pas capable de le dire en face. Moi je dis, il doit avoir mauvaise conscience. Il fait faire le sale boulot par un fonctionnaire quelconque qui ne me connaît ni d’Eve, ni dAdam. Ah ! C’est plus facile, tout de suite, d’être sanctionneur quand il s’agit de sanctionner quelqu’un dont on ne rencontrera jamais le visage naïf et les grands yeux innocents. Le radar, lui qui connaît bien les fesses de ma voiture, il n’a pas le courage de l’avouer, sa faute impardonnable.





Pfff.
Si j’ai bien compté, il ne me reste qu’un seul point sur mon permis.
Même pas honte de vous le dire, tiens ! C’est la faute du radar, d’abord. C’est lui le méchant.






................





Y'avait pas un genre de stage, là, pour récupérer des points ? Comme mon papa m’a promis de subventionner un appareil à détecter les délateurs de la route, avec un peu de chance je réussirai à ne plus perdre de points dans les 3 ans qui me séparent de leur remise à zéro sur mon permis...

1 commentaire:

JOe a dit…

Houlà!!!! Il est grand temps d'investir dans un GPS:
1)Tu ne te perdras jamais (heu enfin presque)
2) Tu seras toujours avertie de la présence innopiné d'un radar (heu enfin presque).
3) ça fait bien dans la voiture!
Bizzzzzzzzzzzzzzzzzz