dimanche 31 août 2008

étape par étape

Je me dis des fois que grandir, ça peut pas se faire d'un coup.

(Non, hein, vous en convenez aussi ? Bon, je suis rassurée...)


Et que bon, les goûts, les couleurs, tout ça, ça va forcément mettre du temps avant de s'affiner.




Et qu'il est normal que ma fille de 3 ans et demis passe la journée complètement extasiée à l'idée de mettre la "trop trop belle robe rose de princesse" que ma charmante voisine nous a donnée rien que pour elle, dieu qu'elle est généreuse.



Et qu'il est normal qu'elle ne dise pas à l'instar de sa dégénérée de mère : "oh mon dieu quelle horreur ce chiffon en tulle rose à froufrous, je vais vomiiiiiiiiiiiir"...




(soupir)








Nan, mais dans quelques temps je lui apprendrai le bon goût. Une chose à la fois, là je cultive son enthousiasme et son goût pour les déguisements (chié, on n'a qu'une robe -moche- de princesse en matière de, va falloir que j'étoffe le stock, hein).








(promis, je vous dégotte une photo un de ces jours et vous montre l'œuvre d'art. C'est du Barbie, du vieux, déchiré et laid, là vous avez déjà une bonne idée, et vous pouvez compatir à mon malheur (elle dormirait avec, hein, ça ne la dérangerait absolument pas, au contraire ! (mais comment peut-on s'endormir avec un machin pareil sur le dos ? Comment ???)))(ça faisait longtemps les parenthèses, chuis pas sûre de pas en avoir oublié une ou deux dans la bataille, là...).

lundi 25 août 2008

flash back

11 août chez mes beaux-parents.

J'aime pas (aller chez) mes beaux-parents. Je suis une mauvaise belle-fille. Ça me saoûle profondément, ça m'irrite, ça me démange, j'aime pas.



En plus leur maison est hantée. Ou alors c'est dans un de leurs vieux meubles chinés, des trucs sinistres de grande valeur, mais immondes (enfin on a les goûts qu'on a, hein, eux ils aiment, tant mieux, moi pas, bêêêêêêê...), pis comme en plus ils ont pas de goût dans les arrangements de l'espace, ben tout ça est disposé dans un ordre aléatoire, et on trouve un "joli" (bref) lit peint dans une chambrette avec une armoire en formica pour rangement, désolée, je peux pas. Je ne me vanterai pas d'avoir des goûts hyper classes, ma maison démentirait le premier de mes propos, mais il y a des limites, et quand je vois ma belle-mère absolument extasiée devant sa cuisine en formica "tellement pratique" (aucun plan de travail, des tiroirs qui n'ouvrent pas, et j'en passe, mais bref, c'est elle qui vit là-dedans, hein, pas moi, mais qu'elle vienne pas me dire qu'elle a du goût non plus !), je rigole (jaune).



Enfin tout ça pour dire qu'il y a dans ces murs une ambiance qui me dérange. Je n'y dors pas tranquillement, je m'y ennuie, voire j'y ai envie de tout casser (mais je me retiens parce que mon papa et ma maman ne m'ont pas élevée comme ça, quand-même ! Qu'est-ce que vous allez imaginer, oh !).



Alors quand vers 2h du mat je suis réveillée par mon Amoureux qui se lève du lit en hurlant à la mort (véridique)(flippant), ben j'ai comme du mal à me rendormir.



J'aurais peut-être pas dû lui demander à quoi il avait rêvé (définitivement j'aurais pas dû).



Parce que j'ai passé 2h à m'imaginer que mon patho de beau-père pétait son câble et décidait de nous égorger tous un par un. Enfin pire, comme c'est à moi particulièrement qu'il en veut (je suis pas assez compatissante pour son état de santé et pas assez à l'écoute de ses délires racistes, que voulez-vous. Je dois pas être si bien élevée que ça, au fond), ben il égorgeait tout le monde sauf moi. Moi je survivrais avec mes deuils à porter, la classe.



Ouin.










(je crois sincèrement que si mon beau-père décompensait totalement, il serait capable de trucs vraiment tordus. Faites que ce brave homme meure avant d'en arriver là...)




(quoi ?)

vendredi 22 août 2008

Patchwork de blog

Voui, je suis dans les parages, et un peu partout sauf ici, mea maxima culpa.
La semaine aura été riche en plein de choses, du coup j'ai eu du mal à faire le tri dans ce que je voudrais vous bloguer ou non. La vie est dure, compatissez.



Ce soir c'est byzance : mon amour de Biggirl et son mauvais caractère saisonnier (je sais pas ce qu'il y a dans l'air en ce moment, mais on essuie toute une vague de crises de nerfs avec crachats (sic), hurlements et autres coups, c'est charmant) sont allés se divertir chez une copine pour la soirée et la nuit qui va avec. Trop calme, ici. J'ai pu ranger le salon avec mon Tiboy qui y met une bonne volonté farouche, en faisant bien attention de ranger les playmos avec les playmos, les livres dans la bibliothèque, et le reste à la place sur laquelle il a pris soin de m'interroger avant. Ce gamin est un mutant du chromosome Y, je vois que ça.




La première nouvelle de ma semaine, c'est que ma très chère collègue de travail a manifestement décidé de se passer de moi plus tôt que prévu. Comme à son habitude, elle présente les choses sous l'angle : "ton congé est imprévisible, tu as des patients à respecter, et moi une opportunité pour te remplacer dès le 1er octobre, alors on s'arrête là, OK ?". Un préavis de 3 mois ? Où ça un préavis de 3 mois ? Si je te dis que c'est ta faute !... (elle a bien fait de me prévenir qu'elle préférait être tâtillonne sur les démarches légales, sinon j'aurais eu peur qu'elle me fasse un coup fourré).



(on va quand-même signer un joli papier en bonne et due forme, histoire qu'elle ne me fasse pas le coup 1 semaine avant que je m'arrête de me dire que "finalement je préférerais que tu restes, ça va pas le faire avec ta remplaçante...")


J'ai réalisé tout de même que ma rétro de 20% censée couvrir papeterie, matériel de rééducation et locaux entretenus n'aura été qu'un confortable loyer pour elle au final, puisque je me tape le ménage au même titre que tout le monde, que je me paye la plus grosse partie de ma papeterie (je lui ai coûté 3 ramettes de papier et 2 paquets de feutres, ça ira), que j'ai fait quasi toutes les impressions pro chez moi faute d'un matériel fiable au boulot, et qu'au final j'aurai principalement utilisé mon propre matériel de rééducation, no comment.




Le bon côté des choses est que motivée comme j'étais pour affronter mes 3 derniers mois de boulot avant la quille, me voilà exemptée des 2 derniers, ouf.



Le moins bon côté, c'est qu'on va bouffer des pâtes pendant 2 mois, mais nos estomacs en ont vu d'autres.






À part ça, je voulais vous faire partager 2, 3 bricoles, histoire d'avoir l'impression de bloguer un truc vaguement digne d'intérêt (enfin peut-être vous dormez déjà, là. Youhou ?).



- Ma première trousse d'après le tuto très clair d'Albine de Flore (j'adore ce blog, tout en finesse et en bon goût) :





(là c'est plein de crayons disparates, mais pour finir j'ai trouvé LA bonne utilisation à cette trousse : mes pinceaux ! Enfin à peu près rangés et trouvables, je me félicite, tiens).



- quelques liens pour le plaisir parce que ma love-list à droite est absolument has been, et que tout de même vous méritez mieux...

* De la bédé grandeur nature, dans un univers onirique absolument délirant, avec un coup de crayon que j'adore, c'est Boulet (il a un caractère de cochon, mais on lui pardonne tout rapidement).

* Un autre style dans le coup de crayon, mais plein de douceur, et une maîtrise des couleurs (bon forcément, c'est son boulot aussi) absolument fascinante, chez Thorn (accessoirement, elle met régulièrement en ligne les différentes étapes d'une illustration dans une petite série animée, et c'est fascinant de voir un travail se construire de cette façon).

* Un délice de petits dessins à utiliser sans relâche dans vos créas persos, des tas de petits cadeaux délicieux par ci, par là (un fond d'écran, un pliage, des papiers à imprimer pour crafter...) chez Del4yo.

* Un blog qui donne envie de savoir coudre (un jour, peut-être...), c'est dans la boîte à belette (coucou Stef !).




Pour finir en beauté, le ciel de ce soir (Joe, c'est la vue depuis ma porte d'entrée, à 90° de l'autre vue, celle de la dernière fois... Comment ça j'enfonce le clou ? Mais non ! J'essaye de vous donner envie de venir déjeuner, quoi !).






Et voilà, j'ai bien fait de venir vous voir, n'pas ?

mardi 19 août 2008

C'est bientôt la rentrée

Mon amoureux a l'air d'avoir décidé de reprendre le rythme scolaire, il a raison, faudrait pas qu'il arrive tout décalé en cours...



Il a donc aujourd'hui :

- travaillé un peu ce matin
- lavé 3 tomates pour notre déjeuner (la salade verte était déjà prête, il a réchauffé des pâtes pour Biggirl, et j'ai sorti une boîte de rillettes pour compléter)
- fait 1h45 de sieste
- travaillé un peu, et géré Tiboy à son réveil de sieste en attendant mon retour
- vidé la voiture des courses et rangé une partie de ces dernières
- donné leur bain aux enfants
- lavé leurs dents et couché les deux l'un après l'autre, histoire du soir comprise.

On applaudit bien fort.



Pendant ce temps, j'ai :

- accompagné Tiboy à la crèche pour une reprise en douceur
- bossé un peu à la crèche, parce que je suis toujours prési-schtroumpf de ras le c' dans cette association
- attendu 1/2h pour rien à la poste parce que le colissimo pour lequel le facteur a mis un petit papier dans notre boîte aux lettres (avec la mention "sonnette !" en bas, mais de quoi je me mêle, hein, si j'ai pas envie d'avoir une sonnette, ça me regarde, non mais ! Bref) n'existe tout simplement pas, j'adore
- comaté 5 minutes sur le canapé en attendant de déjeuner (salade verte + tomates et rillettes, vous suivez, oui ?)
- fait 15 minutes de sieste avant de partir avec ma Biggirl sous le bras pour (dans l'ordre) : récupérer les chèques non encaissés à mon bureau, faire les grosses courses de la famille, déposer les chèques à la banque, revenir à la maison
- préparé le dîner (crêpes au sarrazin)
- rangé, nettoyé la cuisine
- débarrassé et nettoyé la table sous le regard glauque du mari épuisé par sa grosse journée de travail
- rangé tout les jouets des monstres, disséminés un peu partout dans le salon
- plié tout le linge
- blogué un coup (on applaudit derechef, s'il vous plaît, merci)





...





Nan, mais c'est sûr, il a raison de se ménager, mon Amoureux, sa rentrée c'est le 13 octobre, ça approche à grands pas, ouh là !



...



(je dé-mis-sion-ne)

lundi 18 août 2008

De retour...

Vacances-vadrouille finies. Me reste une semaine pour récupérer avant de reprendre le travail (ouin). Là, tout de suite, je vais faire la sieste, mais je reviens, promis, partez pas trop loin !