dimanche 29 juin 2008

Ffffffffshhhhhhhfffffff

(c'est le bruit du vent dans le désert qu'est devenu ce blog. Vous noterez la désolation des lieux, le sentiment de vide et d'absence qui règne dans l'espace. On peut entendre au loin le monde qui s'agite. Un peu. Pas tant, parce que l'absence ici prend une place phénoménale...)




Il y a quelques jours semaines me sont venus à l'esprit tous ces beaux sujet, drôles et captivants que j'ai eu sous la main à un moment ou à un autre, et que je n'ai pas vus, embrumée comme je l'ai été.


Soyons honnête : je vais mieux. Si. Le problème s'est un peu déplacé, je ressemble moins à un zombie (rha, mon Amoureux t'as rien à faire ici, file de là, on t'a pas demandé ton point de vue, nan mé !). Je suis à peu près en forme le matin. Ça se dégrade légèrement à partir de 16, 17h... Dommage pour vous, avides (bon, plus trop, forcément) de lecture, c'était justement l'heure où je prenais le blog en main d'ordinaire.



N'empêche il faut que je vous le dise : j'ai un bébé dans le ventre. Rha, mais nan, je voulais dire : j'ai UN bébé dans le ventre. I.e. un seul. Ouf.

Un hyperactif, manifestement, vu la rumba qu'il s'est payée à la télé. Ou alors un exhibitionniste, le genre à me tanner dans 15 ans pour s'inscrire à la star'ac (arg).

Il paraît que tout baigne. Je n'ai même pas honte de vous dire que j'ai failli verser ma larme en voyant apparaître le machin, avec ses bras, ses jambes, sa petite tête, tout ce qu'il fallait là où il fallait. Trop la classe.



Les deux autres assument plutôt bien ma démission flagrante. Les pauvres. Ils avaient un semblant de mère, ils ont une plante verte. Qui gueule. Ils adorent, je ne vous dis que ça. Enfin ils assument plutôt bien, finalement, parce qu'ils pourraient me faire sortir de mes gonds deux fois plus fréquemment, vu ma réactivité nerveuse de ces derniers temps. D'ailleurs, le père de mes enfants va piquer une crise, aujourd'hui : levée à 10h, j'ai réellement émergé vers 11h. J'ai assuré la cuisson du riz, il a réchauffé les légumes de vendredi, et fait cuire des oeufs sur le plat. Il a débarrassé la table. Chiche que j'ouvre la boîte de ma machine à coudre ???









Allez, je vous aime (vous aime..... vous aime.......aime.......me... Pfiou, y'a de l'écho, ici). C'était juste histoire de vous rassurer sur le fait que je suis bien vivante.







PS qui date : les PLV pour ceux-zet-celles qui demandaient, c'est les produits à base de lait de vache. Mais pour tout vous dire, je ne sais plus du tout à quoi mon Tiboy peut bien faire la tronche. On va tout virer 15 jours, les PLV, le soja et les oeufs, pis on va blinder sa petite flore intestinale dévastée, pis on va voir si les cacas durs veulent bien prendre la place des bouses immondes et débordantes dont les fesses du blondinet nous gratifient chaque jour (chaque jour...).

2 commentaires:

JOe a dit…

De quoi?????? Ta machine à coudre n'est toujours pas sortie?... Bon en fait je m'en fou un peu, moi, ce qui m'interresse surtout, c'est de savoir si le petit Virus de ton ventre à quelques petites choses entre ses gambettes ou pas!!!! Bizzzzzzzzzzzz

By O. a dit…

Ah oui, mais non, en fait y'aura pas moyen que tu saches quoi que ce soit avant janvier : on n'est absolument pas curieux sur ce plan-là, nous... Dommage, hein... :-D

Et la machine à coudre à même servi ! Si ! Pas beaucoup, mais assez pour me motiver un peu. Vais essayer des trucs encore avant de me lancer dans plus poussé. Me manque juste tout un tas de jolis tissus colorés, là...