lundi 11 février 2008

Veux plus

Marre un peu.

Bon, c'est depuis le début que je trouve que c'est lourd, cette histoire de présidence, mais pu ça va, moins ça va, là...


Je m'étais déjà demandé aussi si le nouveau directeur tout pimpant que nous avions depuis septembre ne se foutait pas un peu de ma fiole. Ce matin c'est un peu genre : ah ah ah (jaune, très jaune), en vrai y s'était passé ça ???


Donc je flash back bicose pour commencer je sais plus ce que je vous avais raconté de nos déboires de femmes de ménages.

Toujours est-il que des femmes de ménage à la crèche, y'en a deux. Une du matin, et une du soir. Celle du matin s'applique, est là depuis un moment, met de la bonne volonté, rien à redire. Celle du soir pique manifestement dans la caisse, danse avec ses balais au lieu de les frotter par terre (musique à fond, cela va sans dire, mais bon : musique à fond et super ménage no soucy, alors que musique à fond et crèche dégueu, naaaaaaaaan), téléphone à ses parents depuis la crèche pendant 1/2h, ne déplace pas les meubles pour nettoyer dessous (dire qu'elle a soutenu le contraire mordicus un soir où nous étions tous là avec elle et où il suffisait de faire 3 pas pour lui mettre sa triste vérité en face des yeux, j'en reviens toujours pas), est tout le temps en arrêt maladie, bref, ça bringuebale dur de ce côté.

Concrètement, n'empêche, c'est celle du matin qui nous a fait le coup des 15 jours d'arrêt pour dépression, et qui m'a appelée pour me dire que là c'était un peu trop pour ses petites épaules, de passer derrière celle du soir qui ne faisait pas son boulot, et de se faire traiter comme de la merde voire pire par le directeur pas content du ménage à la crèche en général.

D'après elle, le directeur a piqué une vraie crise de nerfs, lui a tout balancé par terre en l'insultant, limite.
Moi je me souviens bien bien de la crise de nerfs du-dit directeur quand on lui a présenté un renouvellement de sa période d'essai un peu sans y mettre les formes, donc le directeur en crise je visualise super bien le truc.
Mais en parlant avec lui, il me dit que pas du tout. Que sa colère avec nous touchait son propre contrat, mais que quand il s'agit des filles, il sait se tenir, nan mé ho. Que tout le mode à la crèche peut témoigner qu'il a gentiment signifié à la femme de ménage que quand-même y'avait comme des dysfonctionnements, et que rha là là vous allez pas croire cette gamine de 20 ans, c'est juste qu'elle prend franchement mal la moindre remarque qu'on lui fait...

OK.

Moi "de ménage à la crèche"* le samedi où on a reçu la femme de ménage pour qu'elle nous dise ce qu'elle avait sur le cœur, je tombe nez à nez avec un mur entier tapissé de "notes de service du 18 janvier", écrites en grosses lettres majuscules, et signifiant de façon un peu, euh, agressive ? insupportable ? je cherche mes mots... que "à partir de maintenant, il est interdit à toute personne en dehors des femmes de ménage de pénétrer dans la buanderie", et autres directives tout aussi poétiques.

(* "de ménage", ça veut dire qu'en tant que membres de l'asso, les parents doivent venir faire leur part de bricolage ou de vrai ménage une ou deux fois par an un samedi matin, et comme il faut un membre du bureau pour leur ouvrir, ce matin-là j'ai pris aussi les torchons (et je vous laisse aller fouiller dans les archives pour retrouver pourquoi, hum))

Mine de rien, je glisse une petite remarque amusée sur le fameux mur au directeur, genre "ouh ! je suis tombée nez à nez avec tes notes de service, là...". Riposte immédiate et rassurante : ah oui, nan mais c'est Leïla (la secrétaire de la crèche) qui a dit que ça se rédigeait comme ça, une note de service. Moi je lui ai juste dit ce que je voulais qu'on y mette, et de toute façon je te rassure, je les ai placardées avec l'accord des filles, qui étaient au courant, et plutôt contentes, même, si, si...


Explications que j'ai prise telle quelle jusqu'à ce matin.


Où Leïla a tenu quand-même à me dire que ces fameuses notes, elle les avait rédigées à la demande impérieuse de son supérieur, qu'il était dans une colère noire ce jour-là (ben tiens...), et qu'il a passé la journée à balancer des "ah ! et tu en feras une aussi avec ça, tiens !", qu'il les a placardées sans en parler du tout aux filles avant, et qu'elle-même lui a signifié qu'elle trouvait ça particulièrement malpoli et agressif... Qu'il lui a demandé de les signer avec lui, mais qu'elle a refusé, en disant qu'il était hors de question qu'elle soit mêlée à ça...



J'ai donc dans les pattes un directeur très efficace sur le plan administratif, mais qui a réussi en quelques mois à se mettre à dos un nombre incalculable de personnes, parmi lesquelles quelques parents qui ont purement et simplement enlevé leurs enfants de la structure, la directrice du centre aéré, la responsable des relations entre les associations à la mairie, et j'en passe...


Pfff.


Et je lui dis comment, moi ?

2 commentaires:

valerie a dit…

euh, et pas moyen de le remplacer?????

parce que là , quand même, si vous ne pouvez plus travailler en équipe, dur dur...

JOe a dit…

heu il est pas un peu du genre fouille caca ce directeur?????