mardi 15 janvier 2008

Au bord de la blog-déprime

L'angoisse de la page blanche en quelque sorte.

Je ne sais pas si c'est mon état général qui génère cette situation inconfortable, mais j'ai l'impression de n'avoir rien à vous raconter en ce moment, c'est dingue (et en même temps j'ai le temps de rien, faut croire pourtant que ma vie est remplie, hein, mais je sais pas, soit c'est pas blogable, soit c'est moi qui ne trouve plus mes mots (allô ? Je voudrais une web-psy, s'il vous plaît, c'est pour une urgence, une sombre histoire de silence radio...)).

Bon, pour ce qui concerne l'état général, enfin juste au cas où vous vous inquiéteriez (mais vous êtes pas obligés)(mais je vous rassure quand-même) : en vrai ça va top. Je suis juste atteinte d'une sorte de syndrôme de désengagement personnel. Ça me fait le coup à chaque fois que je projette des changements dans ma (enfin notre) vie, j'ai du mal à être là au présent... Je rêve toute la journée, je me plonge dans mes projets et j'essaye d'imaginer où on va, et ce que ça peut donner, et du coup j'ai du mal à vivre ce que j'ai à vivre là et maintenant. J'espère que ce n'est qu'une phase, parce que là quand-même, les-dits projets ils m'emmènent à dans 1 an, je vais pas garder le pif en l'air et la tête ailleurs tout ce temps, je vais finir par me prendre un poteau.




M'enfin la santé ça va, merci (oui, je sais vous n'avez rien demandé, mais j'anticipe). Sauf Tiboy, enfin il est pas malade, mais il a l'air allergique, un peu. Il nous a fait un "urticaire aigu diffus", y'a plus qu'à trouver pourquoi... Hmpf. J'ai rdv chez un allergologue dans 15 jours, je sens qu'on n'a pas fini de chercher...

N'empêche ça fait vraiment longtemps qu'il n'y avait pas eu de trève comme ça, avec une maison ou personne ne tousse ou ne coule du nez. E-pa-tant.




Je peux même pas dire que je vais vous faire rire avec des anecdotes sur mes patients : j'arrive pas à rire d'eux.

Y'en a des fatigants (des espèces de piles électriques, de plus ou moins bon caractère (mais une pile électrique de bon caractère n'est pas tellement plus reposante qu'une pile électrique qui fait la tronche, il faut le savoir), y'en a des que je sais pas trop par quel bout les prendre (mais je trouve toujours un truc, je suis quasi in-démoralisable, yak, yak, yak), y'en a des ados jusqu'au bout des ongles (on s'entend bien. Hum), y'en a des adultes aussi que ça fait du bien de monter un peu le niveau de la conversation de temps en temps...

Mais tous j'ai juste de la tendresse pour eux (ouh ! c'est poétique et fleur bleue, ce soir... Z'avez vos paquets de mouchoirs sous la main ?).

J'arrive pas bien à les engueuler non plus. Je veux dire : c'est pas que les engueuler fasse concrètement partie de mon boulot, mais c'est un autre style, quoi. Ma collègue, genre, tient beaucoup à m'annoncer chaque jeudi que Yann s'est encore fait punir à la cantine... Comme si elle pensait que l'info pourrait m'intéresser, et que je pourrais en faire qqchose, lui en parler, ou quoi. Sauf que je considère que franchement, ça ne regarde que les dames de la cantine et lui. Que mon boulot il est ailleurs. Bref. Je zappe l'info en douceur et je passe à autre chose (oui, vous pouvez considérer que je suis une très bonne professionnelle, merci)(oui, je me considère comme archi nulle en ce moment, ça me fera du bien...)(nan mais vous en faites pas, c'est normal, c'est cyclique ce genre de considérations professionnelles, ça va revenir, mais là, j'ai la tête ailleurs)(je vous refais pas le numéro du dessus...).




Juste en vrai j'ai un petit troisième dans la tête, va falloir faire quelque chose, là.


...




Mais la prochaine fois je vous parle de mon amoureux et de son vélo, d'accord ?



...



(ou comment trouver l'inspiration après avoir écrit tout un article, c'est malin, tiens)

1 commentaire:

JOe a dit…

ben tien, finalement ,malgré tout, tu avais quand même bien la tête un peu ici au bout du compte!!!c' est pas marrant que tu sois dans une période "non là" mais c'est peut-être un peu le contre coup de tous les problèmes de santé (les tiens et ceux des petits bouchons)que tu as du affronter. Bon courage.