mardi 11 décembre 2007

Les plus et les moins

J'ai terriblement besoin de vacances. Je le sens, parce que d'une je n'ai plus assez de neurones actifs pour vous pondre des diatribes dignes du blog, et de deux je vais au boulot en traînant ma patte, et c'est pas mon habitude.

Y'a guère que quand je suis enceinte que j'ai des envies soudaines de changer de boulot. Tout à coup, voir des gens à longueur de journée se met à me peser particulièrement sur le matricule, et je rêve d'un boulot en tête à tête avec mon Mac (l'ordi ! qu'allez vous imaginer là !!), sans comptes à rendre à personne, sans gamins dans les pattes à longueur de journée...

Mais là je ne suis pas (encore) enceinte.

Ça viendra c'est au programme dans ma petite tête, j'ai commencé à calculer la date à laquelle il fallait que je fasse retirer la ferraille anti-bébés pour avoir un petit machin de janvier 2009, et en général quand je commence à me faire ce genre de plans, c'est que je suis hyyyyper déterminée (je vous rassure, mon amoureux suit de son plein gré)(mais de toute façon je sais me montrer très persuasive quand je tiens vraiment à un truc (vous parlerai de notre mode de recherche de prénoms pour les enfants un jour, tiens)).

En attendant ça n'empêche que là, j'ai envie de plus bosser (pas "+", mais "plus", "nada", "niet", "pas")
En fait la grosse différence avec les délires hormonaux de la parturiente à mauvais caractère que j'ai déjà été et que je vais redevenir d'ici peu (vous bouillez d'impatience de connaître ça, hein, avouez-le ! Mon homme aussi, il redoute un peu...)(je vous dirai tout l'essentiel, rassurez-vous), c'est que là j'ai juste envie de ne plus rien faire du tout. Enfin ça c'est plutôt un point commun. Parce qu'enceinte, j'ai envie de 9 mois de glande, et d'un autre boulot. Mais là en fait je n'ai pas envie de changer de boulot. J'ai envie de me reposer, et après de reprendre mon boulot à moi que j'aime.

Oui, parce que orthophoniste comme travail c'est quand-même vraiment trop classe.

D'abord je passe le plus clair de mon temps assise par terre avec les mômes à jouer. On construit des histoires avec des bonshommes (qu'il y en a un plein tiroir dans le bureau, mais que là c'est pas tout à fait assez encore, mais j'y remédie pititàpiti), mon bloc de bristol-à-tout-faire (pour tout ce que je n'ai pas "en vrai", genre un escalier, un sac, des sous, un trésor, un livre... des morceaux pour nos histoires, quoi), mes clics et mes légos... Je fais aussi des jeux de société avec certains, ou alors je raconte des histoires. On joue avec les instruments de musique, on dessine, on colorie, on cause de choses et d'autres (des sports d'hiver et de la comparaison des grandes stations des Alpes avec mon dernier patient aujourd'hui, mais en maîtrisant le souffle et le niveau sonore vocal, huhuhu)...

Ensuite, en libéral je choisis mes horaires de travail, et même si c'est pas la peine d'essayer de compter sur mon mercredi, tant pis, ben j'arrive à gagner relativement correctement ma vie en bossant 3 jours et demi par semaine (du lundi midi au jeudi soir, je peux vous dire que ça file vite les semaines), en me débrouillant même pour aller récupérer moi-même mes 2 zamours à la crèche et à l'école deux soirs de suite, youpi.

Et puis je me paye des formations passionnantes (j'ai juste au choix pas assez de temps/pas assez de sous pour faire tout ce que je voudrais, mais comme j'ai des envies plein ma p'tite tête, je vais étaler sur quelques années...). Vous saviez que l'orthophonie est la profession paramédicale qui se forme le plus en formation continue ? Si. C'est nous.

J'ai renoncé à essayer de faire quoi que ce soit à la maison, alors j'ai un peu du mal à suivre au niveau des comptes-rendus de bilan, et quand on ne me vole pas mes clés et que je ne pense plus à la pile de dossiers qui attendent que je trouve 5 minutes une bonne demi-heure (ah ben voilà, c'est pour ça que j'y arrive pas : j'ai jamais assez de temps à la suite...) pour taper le compte-rendu, ben c'est juste le plus beau métier du monde !


(enfin surtout après les vacances...)

2 commentaires:

JOe: http://joworo@free;fr a dit…

OUi, c'est un super métier et valorisant en plus. Par contre tu dois avoir à supporter les parents et ça c'est pas gagné n'est-ce pas?
Bosse, c'est bien même si quelquefois tu en as marre. Ne fais surtout pas comme moi qui n'ai jamais travaillé à l'extérieur de la maison. Ma vision sur la vie est rétrécie et je ne sais parler que d'une chose: comment laver le derrière des gosses sans s'en mettre plein les mains (et là je suis polie hein!)!!!!
Sinon c'est sûr que le top du top serait des vacances sans les bouchons tiens et pourquoi pas sans LHomme en plus!!!!

By O. a dit…

Meuh non, les parents ne sont pas aussi insupportables qu'on le dit, surtout quand on a une étiquette de rééducatrice en face, et plein de mots savants dans la bouche... Tout à coup ils sont adorables ;-)