jeudi 27 décembre 2007

Pouasse

J'espère que les curieux auront eu la bonne idée de passer par ici avant maintenant, parce que je vire mon cadeau de Noël ;)

Mais je vous mets juste un petit délice du jour à la place. Dites merci. De rien.

Image hébergée par servimg.com

(réalisé avec le kit feutrine de chez Myo et le disque en papier, désolée, je sais plus (honte sur moi...))


Bon et sinon comme je sens que vous brûlez de savoir, le sevrage de la sucette, c'est trop fastoche. Ma fille elle ne la demande absolument pas. L'endormissement n'est pas si évident que ça, mais cet après-midi 3h de sieste, yeepee ! Ah ! La fierté du parent. C'est MA fille. Si. Qui n'a plus de sucette. Re-si.

(la profondeur de la réflexion sur ce blog dépasse toutes mes espérances des fois... Cela dit, je vous épargne ma bad list de la semaine, ne serait-ce que pour m'épargner à moi de vous énumérer par le menu tout ce qui cloche en ce moment... Vivement 2008. Quoique.)

mardi 25 décembre 2007

25.12.07 à marquer d'une pierre blanche

Voilà. J'avais envie de vous faire un cadeau, et je m'y prends comme un manche le 25 au soir. Enfin on va dire que jusqu'à ce soir minuit je suis encore dans les temps (objectivement, quand vous verrez le cadeau vous trouverez peut-être que je me fous un poil de vous, hein !).

Edit du 27 au soir : trop tard... Désolée les retardataires. Noël prochain c'est dans 364 jours, vous avez bien un calendrier de l'avent de 364 cases sous la main, non ? Bah dommage, vous m'auriez dit où trouver ça : ma fille réclame un nouveau calendrier...



.....



Et sinon j'ai quand-même de quoi vous raconter des trucs, notre vie est trépidante c'est absolument incroyable.




Biggirl, telle que vous la voyez là, est dans une phase hypra simple à gérer de "je suis une grande, mais je suis un peu petite aussi, ça dépend des jours et des circonstances". Et pour la sucette, Biggirl elle est souvent encore un peu petite.

On a essayé le "quand tu te sentiras prête, tu pourras laisser la sucette, hein !", très fréquemment suivi d'un cri du coeur : "moi je suis encore un peu petite". Bon.


J'ai eu la (très mauvaise) idée (non, non, n'essayez pas de me faire avaler le contraire, je suis sûre que c'est une counnerie), de lui parler du hobby spécial du Père Noël, à savoir la collection de sucettes. Si, si, il adore ça, le Père Noël. Il les range dans une grande boîte spéciale. Et les grandes filles qui veulent bien laisser leur sucette au Père Noël, comme il est très très content, il leur donne un cadeau de grande fille en plus des cadeaux. Si.

Bon, ça c'était il y a 1 mois environ.

Depuis 1 semaine, j'essaye d'inverser la vapeur (je la sens pas prête, là, vraiment pas), à coup de "tu sais, si tu préfères garder les sucettes plutôt que les donner au Père Noël, c'est pas grave du tout du tout, hein ! Il ne t'en voudra pas. Et tu pourras décider plus tard de les laisser, et papa et maman ils te feront un cadeau de grande fille aussi le jour où tu les laisseras..."



Hier soir, donc, devant la cheminée au moment fatidique, j'ai quand-même rappelé le marché envisageable à ma fifille (ouh ! je la sens pas prête, si vous saviez, elle est encore petite petite, hein !). Pas démontée, elle a mis toutes les sucettes dans une boîte au pied de la cheminée et on est montées se coucher.


Gloups ?


Dodo sans problème (ha ? Mais je vous dis qu'elle était pas prête-euh !).





......





Aujourd'hui, elle a expliqué posément à je-ne-sais-plus-quel membre de ma nombreuse famille, que le Père Noël a pris les sucettes pour les amener chez nous (ayayay, je vous l'avais dit !).




......





Souhaitez-moi bon courage, le coucher est prévu pour dans 1 heure. Ou 2. PLutôt 2, tiens, elle sera bien crevée, ça va aller tout seul !




Edit-elle dort est couchée : ça m'a coûté que je lui raconte une histoire, que je lui raconte la journée, qu'elle me raconte la journée, que j'aille chercher un doudou de plus, qu'elle se relève une fois pour jouer un peu en bas, qu'elle fasse la sourde oreille à nos imprécation à retourner se coucher, mais là elle est au lit. Ouf.
(bon, allez, admettons que je préfère ça à des pleurs déchirants et inconsolables, genre "suceeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeette". Admettons.

samedi 22 décembre 2007

Un peu de retour...

Ah la vie des fêtes de fin d’année est difficile, je ne vous dis que ça...

D’abord il a fallu finir ma semaine de vacances, je vous dis pas dans quel état. J’ai rarement été aussi peu motivée. On a beaucoup joué au Qui est-ce avec les enfants (ben quoi ? Plein de vertus thérapeutiques, ce jeu, si, si, si), colorié des Mandalas (c’est très bon pour la concentration et le recentrage cognitif), joué aux billes carrées dans le couloir avec les cubes qu’on avait construits avec ma boîte de clics (euh...).

Et ça a été jeudi 15h15.




Youhou !



J’ai filé à la crèche pour la fête de Noël (oui, j’avais fermé les volets et rangé mon bureau pendant la séance du gamin : c’est pas du mauvais boulot, c’est de la rentabilité, je vous dis). Sans commentaire, la fête. C’était juste une fête de Noël. On n’a pas échappé au Père Noël, mais Tiboy du haut de ses 15 mois a montré un intérêt assez limité au personnage (OK, j’ai pas aidé, mais j’ai quand-même tourné mon schtroumpf vers le bonhomme en ponctuant le geste d’un “oh ! regarde Tiboy, c’est le Père Noël” assez héroïque. Il l’a montré du doigt en accompagnant le geste d’un borborygme vaguement intéressé, mais a vite tourné son attention vers autre chose, brave petit).

Puis j’ai récupéré ma Biggirl à l’école (oui, on va dire que la varicelle était presque finie... Mais de toute façon on s’en fout, la contagion la directrice elle-même m’a signifié que c’était pas la raison pour laquelle ils demandaient de ne pas mettre à l’école les enfants, et vu comme elle nous l’a faite pas forte, ben elle se grattait déjà plus, parole (bon, OK, aujourd’hui elle s’est plainte encore, et en plus on dirait qu’elle a chopé la merde intestinale de son père je vous en reparle juste après (enfin si vous lisez le blog avec votre sandwich remettez à plus tard l’un ou l’autre, j’ai peur que ça ne devienne un poil incompatible. Hum)).

On a retrouvé mon Amoureux en Vacances !!! Ça c’est le pied, je vous promets.

La soirée a été placée sous le signe des bagages, j’aime pô ça, du coup on s'engueule, parce que je râle à la moindre occasion, bref.

Le lendemain valse numéro 3 : Biggirl à l’école, passage à la crèche pour récupérer un chèque, à la poste pour acheter 16 cartes Kadéos pour les employés de la crèche et 2 R-AR (rho ! mais si : recommandés avec accusé de réception... Quand-même !), marché pour pommes et clémentines pour le voyage, maison (ouin, l’Homme de ma vie n’est pas rentré de son tour de vélo, va falloir assurer toute seule) pour ménage (on prête la maison pour Noël) repas du pépère, et derniers préparatifs.





12h45 : ça y est ? Tout le monde est prêt ??? On y v...

12h46 “driiiiiiiiing” (bon, non en vrai mon téléphone ne fait pas du tout dring mais c’est trop compliqué à écrire ce qu’il fait) “oui, c’est les beaux-parents, t’inquiète on n’en a pas pour longtemps, ton Amoureux est là ?”

Vlan ! 1/2h dans la vue... Grmbl.

Je suis pas tolérante. Grmbl, c'est tout.
(accessoirement il a appelé pour annoncer qu'il devait se faire réopérer du coeur en mars et qu'il risquait d'y passer... C'est glauque, hein ? Je sais que c'est pas sa faute, mais il se débrouille toujours pour nous faire culpabiliser un max (ben oui, cette année, Noël c'est chez mes parents et on ne montera pas chez eux après, c'est eux qui vont descendre), et j'ai juste décidé que je ne me laisserai pas culpabiliser, nanméoh )



...



Depuis hier c’est vraiment les vacances. Dodo jusqu’à 10h15 ce matin (vous y croyez vous ? Je me suis levée avec l’impression d’avoir assez dormi !!!). Dernières courses (je sais...). Demain rando à skis avec mon Amoureux pendant que la grand-mère s’occupe des zouzous.



Aaaaaaaaaaaaaaaaaah...



...



C'est juste un peu dommage que Tiboy n'ait pas encore passé sa phase de caca-liquide-qu'en-fout-partout. Je sais pas ce qu'il a chopé (enfin si j'ai une bonne idée, son père s'est tapé 15 jours de caca de ce genre...), mais ça devient un peu répétitif. Ce soir j'ai réussi à fusiller 2 serviettes. La première mise au sale bicose sale trace, que je croyais venir du caca liquide de la veille, et la seconde flinguée dans la foulée par le caca liquide d'aujourd'hui, celui qui avait fait la tâche sur la première, ouh là ! Je gère plus trop...)

Ce qui m'embête c'est que Biggirl se plaint depuis hier d'avoir mal à la tête et mal au ventre...

Les vacances promettent d'être épicées finalement.



...



Et voilà rien d'autre, je vous laisse digérer le caca mou.

Joyeux Noël à vous !

J’essayerai de vous poster un petit cadeau le 24 ou le 25, mais pas sûre d’y arriver (pas ma faute, internet rame grave ici...)

lundi 17 décembre 2007

L'air de rien... (message politique, vous êtes prévenus !)

Notre prési-nain national ne doute de rien quand-même. Vous le trouvez pas un peu gonflé, vous ? Moi je commence à trouver que ça fait beaucoup juste avant Noël...

France Inter m'a ravie tout à l'heure d'une délectable chronique sur les lettres au Père Noël. Pour résumer (je vous aurais bien mis un joli lien direct, mais impossible de retrouver la chose sur le site de France Inter ! C'est un comble tout de même !), le seul à avoir fait la sienne suffisamment à temps pour recevoir tous ses cadeaux, c'est -vous l'aurez deviné- notre cher Nicolas (oui, parce qu'en fait pour avoir ce qu'on veut, faut s'y prendre à l'avance, c'est comme ça. Je le saurai pour l'an prochain... Le 3 février je vais la faire, ma lettre, j'ai justement tout un tas de broutilles à demander, genre gagner au loto, tout ça...). Faut dire, avec un Saint Patron lui-même distributeur de cadeaux, il pouvait pas mieux tomber, et d'ailleurs il se les distribue tout seul, c'est nettement plus sûr (certes... Mais pour le loto ??). Donc après sa hausse du pouvoir d'achat à lui (172% je vous le rappelle...), il s'offre un top model, ben voyons (cela dit, de tops models, personnellement j'en ai déjà 3 à la maison, un grand et 2 petits, ça va... Même pas besoin d'être présidente (ah ben si en fait, je suis présidente, j'oubliais... Mais j'avais mes tops models avant !)).

Saint Sarko a aussi joué les Pères Noël pour dictateur en vacances, je vous conseille la version musicale de la Chanson du Dimanche...

Au milieu de ça (et du reste, y'a curieusement toujours un truc pour me faire bondir en ce moment...) on veut nous faire passer sous le manteau une constitution qu'on avait déjà rejetée par voie référendaire... Si comme moi vous trouvez que nom d'une pipe y'en a un poil marre d'avoir le sentiment que "démocratie" n'est plus ce qu'elle était dans notre bon pays (hein Marcel...), vous pouvez toujours aller signer la pétition pour un référendum. En plus c'est super facile d'aller spamer vos bons députés pour les faire réagir, via le menu "contactez vos élus" sur la gauche.

.....

Sinon, nous déplorons l'invasion à la maison d'une varicelle, de trois rhumes et d'une gastro. Oui, je suis à moitié décédée c'est abominable, je ne vous dis que ça (et encore ! pour l'instant je ne cumule que le rhume et la gastro, mais je sens que la varicelle que j'ai vaillamment exprimée avec "un seul bouton" quand j'étais petite (mon père dixit), va trouver que finalement refaire des globules est nécessaire, et va me tomber dessus incidieusement). Je veux des vacaaaaaaaances !!!

samedi 15 décembre 2007

Du nombre de pétales

Voilà il est 15h15.

Tiboy fait rien qu'à faire semblant de se réveiller mais en fait non.

Biggirl profite de Morphée pour vaincre vaillamment le virus boutonnant (enfin j'espère), et mon amoureux révise (vivement jeudi soir, hein, parce que le mauvais carafon de l'étudiant en période pré-partielle vaut sur l'échelle du boudage le mauvais carafon de sa femme enrhumée et fatiguée, je vous dis que ça).

Du coup je me balade sur internet, me mets à jour de lecture de blogs, tout ça.

Et je prouve à Del4yo que ma fleur à moi a bien 4 pétales et demi !

Image hébergée par servimg.com



Et puisque je suis partie dans les photos, voilà les oeuvres de Biggirl, 3 ans (sans aide, hein, elle a fait ça toute seule comme une grande. C'est minimaliste, mais je trouve que l'oeil porté sur les choses est juste (oui, je suis sa mère, oui, ça se voit tant que ça ??)) :

Image hébergée par servimg.com
Un canard...
(je vous le mets en miniature, parce qu'en grand mon blog en coupe une partie. Grmbl)

Image hébergée par servimg.com
Un chat...





Et pour finir, c'est juste que c'était magnifique par la fenêtre hier soir...
Image hébergée par servimg.com
(miniature encore pour la même raison que précédemment... Pfff).


Bon week-end, les gens !

jeudi 13 décembre 2007

Le p'tit nouveau

Bon, ça y est, vous boudez ??


Je vous avais prévenus : c'est aussi mon coin pour râler, na.

Mais je vous aime quand-même, hein ! Même si vos rejetons ont un calendrier playmobile ou kinder, et même s'il y a 3 pères Noël sur votre façade !

Tant que vous ne me demandez pas de les attacher à mes fenêtres...



Je passe ce soir vous annoncer l'arrivée dans la famille d'un petit nouveau. L'est minuscule, va rester entre 3 et 6 semaines (à coup sûr il va s'incruster 6, ce saligaud !)...

Il s'est exprimé très clairement ce soir sous la forme de petis boutons bien caractéristiques disséminés un peu partout sur le corps de Biggirl... J'ai nommé : la varicelle.


Ouééééééé.

Mauvais plan :

- c'est justement demain que ma fille devait fêter son anniv à l'école

- va falloir composer avec les deux toute la journée demain, on peut pas dire que ça me fasse sauter de joie

- le petit frère doit incuber sévère, là, et va donc érupter dans 3 semaines si mes calculs sont exacts, je sais pas comment on va s'organiser puisque varicelle vaut éviction de crèche et d'école, re-ouééééééé

- les photos de Noël vont être gratinées


Mais ç'aurait pu être pire !

- Biggirl se fout encore assez du gateau d'anniv pour que ça n'ait pas de conséquences aussi dramatiques que ça qu'elle loupe le fameux gatal à l'école

- ma soirée est libérée de pâtisserie, objectivement je ne regrette pas

- quitte à avoir la varicelle, c'est pas plus mal justement avant les vacances de Noël : ce sont les seules où je prends réellement 15 jours (à part l'été, où je prends 3 semaines), c'est toujours ça de RDV en moins à annuler...




Je m'inquiète de plus en plus de la propension des merdouilles à me tomber dessus le jeudi : les ratés de piscine, les clés, la varicelle...


Heureusement que j'ai une collègue de travail formidable, à qui il arrive des trucs tellement énormes que je pourrais bien avoir 43° de fièvre + les deux enfants à gérer comme une grande, je serais encore mille fois mieux lotie qu'elle : son ancienne associée s'est taillée du cabinet en lui laissant 3 mois de loyer de retard, et en piquant la moitié du matos en partant, on lui a diagnostiqué cette année une maladie dégénérative importante, et ce matin elle s'est fait rentrer dedans par un type qui a grillé un stop, alors qu'elle était à 500m du garage où elle venait laisser sa voiture en reprise pour en acheter une nouvelle.

Cette fille à mon avis elle a un ennemi quelque part qui fait dans la poupée vaudou, je vois pas d'autre explication...

mercredi 12 décembre 2007

En attendant Noël

Je suis fan de Noël.

C'est un poil puéril, mais c'est juste un petit délice, cette attente de la fête, décorer la maison, se demander si les cadeaux qu'on a choisis pour les uns et les autres vont plaire (oui je sais c'est un peu narcissique, mais si je cherche à faire plaisir, c'est aussi pour le plaisir de voir les gâtés contents, quoi !), faire un repas de fête (bon, j'aime mieux la version "pique-nique chiadé" de chez mes parents, au repas "chic et coincé" de chez mes beaux-parents, mais justement cette année c'est pique-nique), se faire beaux, faire trépigner les petits au rythme de "une seule fenêtre par jour !" et "le bonhomme dans la crèche c'est le soir, il faut attendre un peu" (oui, cette année c'est crèche du coup. Déduisez-pas la grenouille de bénitier trop vite, hein ! en vrai à part cette maison en carton et les bonshommes dedans il ne reste pas grand chose de tout ça chez moi en ce moment, mais c'est ma culture, quoi, je transmets, logique)...


Tout ça j'adore !


Mais chaque année, ma limite de pétage de plombs est cependant largement atteinte avant le 25.


Je ne supporte pas bien de voir les rayons jouets se charger de trucs plus improbables les uns que les autres à partir de fin octobre (OK, début novembre, juste le temps de remballer Halloween...) ;

ni les pères Noël littéralement pendus aux façades (c'est hyper gore franchement, ces bonshommes crucifiés aux balcons et autres cheminées, accrochés tant bien que mal à leur échelle de corde, ça me démoralise) ;

ni les 5 ou 6 pères Noël inévitables, en chair et en os ceux-là, à qui on a une furieuse envie de tirer la barbe, et qui sont déguisés de façon un peu plus cheap chaque année (sans rire, le dernier c'était de la feutrine de haut en bas, je sais pas trop qui ils cherchent à convaincre, ceux-là, mais ils auront pas mes gosses, à qui je répète inlassablement que de toute façon le vrai père Noël on le croise jamais, il reste bien au chaud dans sa maison du pôle, il a franchement autre chose à faire en décembre que de sillonner les rues pour prendre les enfants sur ses genoux !) ;

et au risque de me faire huer, je déteste littéralement tout ce qui ressemble de près ou de loin à un calendrier de l'avent rempli (de chocolats, de playmobiles, de jouets, barrez la mention inutile si vous possédez un truc du genre) : le coup des petits cadeaux pendant un mois histoire de patienter jusqu'au fameux jour des cadeaux, ça me dépasse. Pourquoi ne pas patienter toute l'année, à ce rythme ? Un cadeau par jour en attendant l'anniversaire et Noël, c'est vrai, quoi ! la frustration est insupportable les 363 jours qui ne sont ni l'un ni l'autre (et je ne parle même pas de ceux qui sont nés le 25...). Je dois être hyper rétro (oui, en fait je ne vois pas trop d'autre solution. J'ai fait un sketch aux personnes concernées pour demander à ce qu'elles trouvent aux petits autre chose que des ordis pour bébés ou des CD Rom premier âge, et en plus on n'a pas la télé... Vous pouvez halluciner, oui, oui), mais n'empêche que je m'en suis vu pour trouver un p***n de calendrier de l'avent à fenêtres avec rien d'autre que des bêtes images derrière. Carrouf ils avaient playmo, kinder, ou le truc en tissus à remplir soi-même (j'aurais pu prendre et y glisser des images, notez, mais en fait, j'aime bien aussi l'idée que le calendrier change chaque année)... Il a fallu me rabattre sur internet et amazon pour trouver mon bonheur. Je vous jure. Y'a plus d'époque, ma bonne dame.
Les calendriers aux chocolats j'en parle même pas : l'idée même de manger un mauvais chocolat par jour avant l'orgie des fêtes me rend malade...


Je m'en remettrai, hein ! Vous en faites pas.




D'aussi loin que je me souvienne, je ne crois pas avoir cru au père Noël. Mes parents n'ont pas dû franchement insister là-dessus. Et finalement à 32 balais je m'aperçois que si, si ! En vrai j'y crois carrément. A ce bonhomme perdu dans un coin introuvable, qui reçoit les voeux des enfants sages et des moins sages, et qui fait son petit tour dans la nuit du 24 au 25... Celui que je ne verrai jamais, mais qui passe, certainement, et qui m'offre à défaut d'un cadeau emballé par ses lutins, un peu d'espoir, un petit pincement agréable au coeur, je sais pas, un truc bien, une fois comme ça.



mardi 11 décembre 2007

Les plus et les moins

J'ai terriblement besoin de vacances. Je le sens, parce que d'une je n'ai plus assez de neurones actifs pour vous pondre des diatribes dignes du blog, et de deux je vais au boulot en traînant ma patte, et c'est pas mon habitude.

Y'a guère que quand je suis enceinte que j'ai des envies soudaines de changer de boulot. Tout à coup, voir des gens à longueur de journée se met à me peser particulièrement sur le matricule, et je rêve d'un boulot en tête à tête avec mon Mac (l'ordi ! qu'allez vous imaginer là !!), sans comptes à rendre à personne, sans gamins dans les pattes à longueur de journée...

Mais là je ne suis pas (encore) enceinte.

Ça viendra c'est au programme dans ma petite tête, j'ai commencé à calculer la date à laquelle il fallait que je fasse retirer la ferraille anti-bébés pour avoir un petit machin de janvier 2009, et en général quand je commence à me faire ce genre de plans, c'est que je suis hyyyyper déterminée (je vous rassure, mon amoureux suit de son plein gré)(mais de toute façon je sais me montrer très persuasive quand je tiens vraiment à un truc (vous parlerai de notre mode de recherche de prénoms pour les enfants un jour, tiens)).

En attendant ça n'empêche que là, j'ai envie de plus bosser (pas "+", mais "plus", "nada", "niet", "pas")
En fait la grosse différence avec les délires hormonaux de la parturiente à mauvais caractère que j'ai déjà été et que je vais redevenir d'ici peu (vous bouillez d'impatience de connaître ça, hein, avouez-le ! Mon homme aussi, il redoute un peu...)(je vous dirai tout l'essentiel, rassurez-vous), c'est que là j'ai juste envie de ne plus rien faire du tout. Enfin ça c'est plutôt un point commun. Parce qu'enceinte, j'ai envie de 9 mois de glande, et d'un autre boulot. Mais là en fait je n'ai pas envie de changer de boulot. J'ai envie de me reposer, et après de reprendre mon boulot à moi que j'aime.

Oui, parce que orthophoniste comme travail c'est quand-même vraiment trop classe.

D'abord je passe le plus clair de mon temps assise par terre avec les mômes à jouer. On construit des histoires avec des bonshommes (qu'il y en a un plein tiroir dans le bureau, mais que là c'est pas tout à fait assez encore, mais j'y remédie pititàpiti), mon bloc de bristol-à-tout-faire (pour tout ce que je n'ai pas "en vrai", genre un escalier, un sac, des sous, un trésor, un livre... des morceaux pour nos histoires, quoi), mes clics et mes légos... Je fais aussi des jeux de société avec certains, ou alors je raconte des histoires. On joue avec les instruments de musique, on dessine, on colorie, on cause de choses et d'autres (des sports d'hiver et de la comparaison des grandes stations des Alpes avec mon dernier patient aujourd'hui, mais en maîtrisant le souffle et le niveau sonore vocal, huhuhu)...

Ensuite, en libéral je choisis mes horaires de travail, et même si c'est pas la peine d'essayer de compter sur mon mercredi, tant pis, ben j'arrive à gagner relativement correctement ma vie en bossant 3 jours et demi par semaine (du lundi midi au jeudi soir, je peux vous dire que ça file vite les semaines), en me débrouillant même pour aller récupérer moi-même mes 2 zamours à la crèche et à l'école deux soirs de suite, youpi.

Et puis je me paye des formations passionnantes (j'ai juste au choix pas assez de temps/pas assez de sous pour faire tout ce que je voudrais, mais comme j'ai des envies plein ma p'tite tête, je vais étaler sur quelques années...). Vous saviez que l'orthophonie est la profession paramédicale qui se forme le plus en formation continue ? Si. C'est nous.

J'ai renoncé à essayer de faire quoi que ce soit à la maison, alors j'ai un peu du mal à suivre au niveau des comptes-rendus de bilan, et quand on ne me vole pas mes clés et que je ne pense plus à la pile de dossiers qui attendent que je trouve 5 minutes une bonne demi-heure (ah ben voilà, c'est pour ça que j'y arrive pas : j'ai jamais assez de temps à la suite...) pour taper le compte-rendu, ben c'est juste le plus beau métier du monde !


(enfin surtout après les vacances...)

lundi 10 décembre 2007

Surmenage ?

L'effet kiss cool du jour est assez étonnant d'un certain point de vue.


Je sais que je n'émerge pas vite le matin. En général, pendant la première heure qui suit mon lever, il faut pas trop me parler, surtout pas me chercher, et éviter de me poser des questions trop compliquées. Les enfants en font les frais, demandez-leur (oui, mais quoi ! Z'ont qu'à s'adapter, c'est ça la vie aussi, on choisit pas ses parents c'est bien connu).

Passé ce laps de temps généralement ça s'arrange à peu près pour la journée, d'autant qu'en général mon amoureux à moi que j'ai, et qui a une botte secrète activatrice de neurones embrumés passé les 5 premières minutes de prélassage sous la couette, et qui par conséquent se lève plutôt rapidement et est vite opérationnel, mon amoureux donc prend le relais aussi souvent que possible pour me laisser dormir un poil plus.

Remarquez, ce faisant il ne fait que décaler l'heure à laquelle j'émerge, parce que de toute façon quel que soit le moment où je quitte la couette, il me faut un heure.

Après j'assure à peu près pour la journée, hein ! Et mon amoureux lui sombre à un moment ou un autre dans une sieste irrésistible, mais alors n'importe où : en cours, sur le tapis du salon avec les deux zouaves autour, à son bureau, dans la voiture à côté de moi, à moto...

Enfin en général ça se passe comme ça.

Mais pas là.


Aujourd'hui je n'ai jamais dépassé le cap de mon heure "tête dans le c..". Depuis mon lever à 7h30 j'y suis encore. Hyper pratique au boulot, un poil dangereux au volant, mais je n'ai pas de solution. Le café de midi à légèrement arrangé la situation, mais légèrement juste. Mais concrètement depuis ce matin j'ai l'impression que je viens juste de me réveiller. Remarquez en général c'est pendant cette heure-là que je rêve de retourner au lit, et là l'heure n'étant pas passée, ben ça tombe bien c'est l'heure d'aller me coucher !



Le petit plaisir du soir, c'est que j'ai traîné toute la journée ma petite croix supplémentaire, à savoir la perspective d'une réunion du bureau de la crèche ce soir, alors que je ne rêvais que de mon lit depuis que je l'avais quitté, et que je me suis aperçue en rentrant que je m'étais trompée et que -ô joie intense et incommensurable- la les réunions de la semaine, c'est mercredi et vendredi. Être total dans le gaz a ses petites compensations, vous pouvez pas savoir comme ma soirée à la maison en a gagné en succulence, rien qu'à la réalité toute belle de ne PAS avoir réunion ce soir.

dimanche 9 décembre 2007

December fever...

Image hébergée par servimg.com

On s'refait pas, mais c'est vraiment sympa à faire avec une môme de 3 ans !


J'adore Noël, en fait...





PS Les paroles qui acocmpagnent le montage ne sont pas de mon esprit embrumé de ces temps difficiles, mais de la très talentueuse Jeanne Cherhal, que j'aime, si.

samedi 8 décembre 2007

Décembre aura ma peau

Si vous saviez comme la perspective réjouissante de me glisser dans mes draps propres (ça faisait un bail, je vous jure qu'après quelques semaines le plaisir est multiplié !!! (z'êtes pas obligés d'essayer pour la peine, hein, je partage pas ma craderie congénitale)) me remplit d'aise ce soir, vous comprendriez pourquoi mon blog souffre d'une désertion étonnante de son auteure (quand on voit la cassure de rythme dans les posts, on prend peur, non ?).


A l'anniversaire d'Emma du WE dernier,

aux 2 réunions de la semaine dernière (sans parler des deux de la semaine prochaine, youpi),

s'est invité un petit malin qui profite de la maison sans gêne et sans un merci, j'ai nommé : gastroman.


Qui n'a pas vu Tiboy pleurer "cacaaaaaaa" bicose spasmes douloureux accompagnant émission odorante de bouillie bien trop loquide pour être honnête, ne sait pas la double peine infligée à la mère de l'enfant endolori. Nan parce qu'il y a aussi les menus invariés (riz, pâtes, blé, boulgour (ça c'est pour demain)... le tout sans accompagnement... A midi Tiboy a tout simplement refusé de manger (s'est rattrapé sur le sein de sa mère (en même temps ce soir on a voulu faire fi du virus de mes deux, là, en offrant une généreuse assiettée de soupe maison (pommes de terre, carottes, feuilles de blettes, ben c'est vachement bon !), et dans les 10 minutes : "cacaaaaaaa" + drôles de bruits et bobo-le-bidon, on le refera pas)).


Ajoutez un Tiboy qui est entrain de zapper la sieste du matin (enfin pas aujourd'hui, je pense que le virus fatigue un poil), une Biggirl qui zappe celle de l'après-midi (enfin pas aujourd'hui, pourvu qu'elle ait pas choppé le virus), et moi au milieu avec mes mille choses à faire (vivement janvier, je ne dis que ça)... Voilà, vous avez tout : blog en presque panne.



(ça se sent un peu que je suis fatiguée et que j'ai pas eu une minute à moi aujourd'hui, non ?)


(oui, je le savais)

mercredi 5 décembre 2007

Le petit mot du président...

Nous sommes des êtres faibles et vulnérables.
Enfin moi.
Enfin surtout en ce moment...

En vrai, d’ordinaire, je suis vraiment une Super Mom qui gère avec brio une vie de famille prise dans le tourbillon d’un papa bien occupé par des études envahissantes, d’une vie professionnelle relativement prenante, et d’engagements associatifs qui demandent un investissement, euh... moyennement anticipé, on va dire.

Si, si. Super Mom. Avec les majuscules.
(Je fais ce que je veux à mes chevilles, d'abord).



N’empêche, d’ordinaire, j’arrive à bloguer au milieu du binz ambiant, pis là plus. On dirait un peu Benoît Brisefer qu’aurait choppé un rhume, genre, et je suis toute flagada.




Bon, concrètement c’est quand-même l’”engagement associatif” qui me met dedans, hein ! Mon rêve actuel c’est de n’être à cette crèche que la mère d’un charmant bambin de 15 mois... De n'avoir comme relation avec le personnel que les "bonjour, il s'est réveillé à 5h30 -Oh là là ma pauvre dame" et "bonsoir, il a fait 3 fois caca aujourd'hui, c'est fou, ça..."


Et là c'est pas du tout ça ! Je devais être droguée ou sous l'emprise d'une poupée vaudou le jour où je me suis engagée en tant que présidente. Voilà, c'est ça !!!

Hé ! Y'a une erreur ! Ouhou ! Revenez, en vrai j'étais possédée, rendez moi ma libertééééé-euh !

(Entre parenthèses, il est fou Sarko, hein ! Ou alors il a jamais présidé la crèche. C’est une hypothèse à envisager, ça. Il n’avait pas l’expérience, il savait pas ce qu’il faisait, ça doit être ça... D’ailleurs il est pas encore remis, hein, à voir comme il s’agite...)



Et donc, là :
Après les mauvaises nouvelles à annoncer (ulcère n°1), voilà-t-y pas que

1) La cuisinière qui était en arrêt maladie depuis 6 ou 7 mois et qu’on vient à peine de remplacer par un cuisinier tout neuf, et ne le cachons pas, mille fois plus compétent que sa prédécécrice prédécesseuse précédentric ah merde ! que la cuisinière ci-avant mentionnée, cette charmante personne donc nous annonce un vendredi son retour pour le lundi suivant ! Arg ! Mais on va quoi en faire ??? (c'est bon, rangez vos plumes assassines, c'est une figure de style, je vous signale !)

2) La directrice adjointe qui pète une durite incidieusement depuis 2 mois a achevé de couler sa bielle, et annoncé vendredi qu’elle se rendait compte que ça n’allait pas du tout et qu’elle ne reviendrait plus travailler.

Mais si c’était que ça...

Finalement la cuisinière a été déclarée provisoirement inapte par la médecine du travail (huh ? Son généraliste n’a pas renouvelé l’arrêt donc elle reprend, et dans la foulée la médecine du travail la déclare inapte et du coup finalement elle reprend pas... Va comprendre, Charles...). Puis je-sais-plus-qui de la fameuse MDT est passé à la crèche et a laissé entendre qu’elle pourrait être déclarée définitivement inapte au travail, à condition qu’on la reclasse sur un truc inacceptable, là déjà je suis à moitié coulée, je bosse en libéral, voyez, alors les subtilités de ce genre m’échappent un peu...

Et finalement la directrice adjointe va revenir, elle pense qu’il doit y avoir une solution aux problèmes qu’elle rencontre (certes).

Et en fait, après une bonne heure pendue au téléphone avec moi elle n’avait plus l’air aussi sûre.

Et depuis une semaine, elle passe des heures au téléphone, soit avec le directeur de la structure qui n’est pas loin de péter un câble aussi, soit avec moi (non, j’exagère, elle a pas osé me rappeler), et elle change d’idée à peu près à chaque fois, youpi.

Du coup, là j’ai eu réunion lundi pour préparer la réunion de ce soir + parler de tout ça, j’ai eu pas mal de coups de fil, j’ai eu réunion ce soir avec le personnel, mais pour leur dire que ouiouioui, a priori on va essayer de vous payer les congés maladie dès le 1er jour sans attendre le remboursement sécu, mais que nononon vraiment, avec 10 000 euros de déficit en fin d’année ça va être difficile de vous trouver une prime à redistribuer (elles râlent encore, mais elles ont pas fait de terminale C, faut les comprendre, les maths et elles c’est pas franchement une histoire d’amour dès le début)(en vrai j’ai l’air de leur en vouloir, là, mais je suis surtout un peu fatiguée, parce que dans le fond je les comprends, quand-même : elles ont tourné comme des malades pour remplir un max la crèche, et on a l’air de leur dire que c’est pas assez, ou qu’elles ont beau faire, de toute façon on s’en fout (mais on s’en fout pas, on vous dit...)).

Et j'ai réunion vendredi avec le bureau pour voir ce qu'on fait pour cette fichue prime (qu'on va essayer de donner quand-même, on n'est pas insensibles quand-même).

Et mercredi prochain avec la directrice adjointe à qui on va dire que là c'est plus trop possible en fait, vous pensez pas que ça serait carrément mieux si vous démissionniez ?

Et...


Ah, vous avez un peu mal à la tête vous aussi ?
Oui, hein !

Gné.

dimanche 2 décembre 2007

Grmbl

Quand je vous ai dit qu'il allait falloir du temps pour me remettre.

Suis pas remise, j'arrive rien à raconter ce soir...

On dit demain ?

On dit demain.

(peut-être...)